Les réfugiés urbains luttent pour faire face au coût de la vie au Burundi

Articles d'actualité, 16 octobre 2008

© HCR/B.Ntwari
Difficile de vendre des marchandises pour ces commerçantes du marché central de Bujumbura.

BUJUMBURA, Burundi, 16 octobre (HCR) La vie est de plus en plus difficile pour les 12 000 réfugiés et demandeurs d'asile urbains du Burundi. Dans un contexte marqué par la montée des prix et la raréfaction des opportunités de gagner de l'argent, des centaines de réfugiés ont quitté la capitale, Bujumbura, ces deux dernières années. Ils se sont établis dans les camps de réfugiés, où ils peuvent obtenir une assistance et l'éducation gratuite pour leurs enfants.

Monique,* une jeune Congolaise dynamique, fait partie des réfugiés ayant connu des difficultés financières ces derniers mois. Elle gagne un peu d'argent en vendant de la lessive en poudre dans des petits sacs en plastique près du marché central très affairé de Bujumbura.

Comme les autres réfugiés urbains, elle ne reçoit quasiment aucune assistance et a besoin d'un revenu pour subvenir à ses besoins et à ceux de ses trois jeunes sœurs, qui sont encore étudiantes. Les quatre jeunes femmes ont fui le Burundi il y a quatre ans afin d'échapper aux combats en cours dans la province du Sud-Kivu, en République démocratique du Congo voisine.

C'est un travail ingrat que d'aborder les gens aux entrées du marché pour tenter de les persuader d'acheter ses marchandises. C'est aussi illégal, car Monique n'a pas l'autorisation de vendre et doit sans cesse jouer au chat et à la souris avec les patrouilles de police.

« L'ingénuité, ça ne marche plus. En dépit de la générosité de mes voisins, qui paient les frais de scolarité de mes sœurs, la vie reste très chère et je ne m'en sors pas. Je n'ai pas de mari, pas de famille pour m'aider. Si je pouvais au moins obtenir une aide alimentaire.... La vie est très dure à Bujumbura », se plaint Monique.

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés aide un petit nombre de réfugiés urbains à gagner de quoi vivre pendant cette période difficile. Le HCR cherche aussi des moyens pour réduire le mouvement vers les camps situés en campagne et encourager ses partenaires à mieux aider les plus vulnérables en particulier les femmes et les enfants comme Monique et ses sœurs qui souhaitent rester à Bujumbura.

Les réfugiés s'accrochent à leur existence en ville pour diverses raisons, allant de considérations personnelles et familiales à l'espoir de trouver un travail décent. Evoquant la situation de ces personnes, Bo Schack, le délégué du HCR au Burundi, explique que l'agence espère, au cours des années à venir, « développer un meilleur système de soutien pour les communautés urbaines ».

En 2007, le HCR a lancé un projet pour aider 45 familles de réfugiés urbains à monter des petits commerces. L'agence couvre aussi certains des frais médicaux des réfugiés urbains, allant jusqu'à 100 pour cent pour les plus vulnérables.

Le HCR aide aussi à financer un projet générateur de revenus mené par son partenaire, Handicap International (France), en faveur des réfugiés urbains. Alphonsine*, une réfugiée congolaise, a reçu un capital initial de 200 dollars dans le cadre de cette initiative pour lancer un commerce de vente de riz à des restaurants de la banlieue de Jabe.

Elle gagne 3 dollars par jour, ce qui ne suffit toujours pas à couvrir l'ensemble de ses besoins, notamment sa location et les frais de scolarité de ses enfants. « J'aimerais obtenir davantage de soutien », dit-elle avant d'ajouter : « les prix augmentent sans cesse et la vie devient hors de prix. »

Elle ne veut pourtant pas aller dans un camp de réfugiés car elle a besoin de suivre un régime spécial et un traitement médical quotidien contre le VIH Alphonsine a fui le Burundi en 2002 après avoir été violée et contaminée par des miliciens. Bien qu'elle connaisse encore des difficultés, Handicap International loue son succès : non seulement Alphonsine parvient à générer un revenu, mais les résultats de son projet sont bons, note l'organisation.

Le HCR vient en aide et fournit une protection à plus de 16 000 réfugiés vivant dans quatre camps de réfugiés au Burundi. Bien que l'assistance de l'agence aux réfugiés urbains au Burundi soit limitée, le HCR voudrait faire davantage pour eux à l'avenir.

Le Haut Commissaire António Guterres a déclaré à l'organe directeur du HCR plus tôt ce mois que les personnes que l'agence doit aider se trouvent de manière croissante en zone urbaine.

« En 1800, seuls trois pour cent de la population vivaient dans les villes et les métropoles. Cette année, cette proportion atteindra 50 pour cent, et en 2050 elle pourrait atteindre les 70 pour cent. Du fait de ces tendances, le HCR sera inévitablement obligé d'adapter sa façon de travailler pour répondre aux besoins des réfugiés, des rapatriés, des déplacés internes et des apatrides qui sont nés ou ont pris résidence en zones urbaines », a ajouté António Guterres

* Noms modifiés à des fins de protection.

Par Bernard Ntwari à Bujumbura, Burundi

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Réfugiés en milieu urbain et moyens de subsistance

UNHCR's urban livelihoods initiative aims at helping refugees face the challenges they encounter in cities and towns.

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

Tanzanie : Vers la citoyennetéPlay video

Tanzanie : Vers la citoyenneté

En 2007, le HCR et le gouvernement tanzanien lui ont donné le choix : retourner chez lui ou devenir citoyen tanzanien. Pour Michael Sheltieri Namoya, la décision a vite été prise.
RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.