Un village du Darfour en cendres, au congrès du parti travailliste britannique

Articles d'actualité, 22 septembre 2008

© HCR/D.Brown
L'exposition présentant un village du Darfour réduit en cendres a suscité un vif intérêt.

MANCHESTER, Royaume-Uni, 22 septembre (UNHCR) L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a mis en place une reconstitution d'un village du Darfour réduit en cendres, lors du congrès du parti travailliste britannique cette année pour rappeler le sort de centaines de milliers de personnes déplacées dans cette région soudanaise en proie au conflit et appeler à une aide internationale.

Cette mise en scène d'un village en cendres, et de ses restes fumants produits grâce à des blocs de glace carbonique, est aussi utilisée par le HCR et son partenaire, le Trust Aegis, pour sensibiliser sur les souffrances de millions d'autres personnes déracinées de force à travers le monde. Des centaines de politiciens et de membres du parti travailliste sont attendus durant ce congrès de cinq jours, qui a commencé samedi dans la ville de Manchester.

« C'est une excellente façon d'engager les chefs du parti au pouvoir en Grande-Bretagne », a expliqué Peter Kessler, chargé senior des affaires extérieures du HCR, ajoutant que plusieurs députés travaillistes, incluant des membres du gouvernement, s'étaient arrêtés pour s'entretenir avec des employés devant l'exposition du HCR.

Adhiambo Ashall, membre du parti travailliste, a été impressionnée par la reconstitution du village brûlé. « C'est bouleversant, on a l'impression que tout est réel », a-t-elle dit, ajoutant : « Vous ne pouvez pas l'ignorer. »

Le HCR et Aegis appellent les gouvernements et les parties au conflit du Darfour à assurer la sécurité pour les civils déracinés dans la région soudanaise de l'Ouest-Darfour qui sont pour la plupart des femmes et des enfants et à intensifier leurs efforts pour assurer que les personnes puissent retourner chez elles dans la sécurité.

Le conflit marqué de violences extrêmes a éclaté en 2003 et, depuis, il a déraciné plus de 2,5 millions d'habitants de la région du Darfour. Par ailleurs, plus de 250 000 personnes ont été forcées à fuir vers le Tchad voisin, où elles vivent dans 12 camps gérés par le HCR.

Une réfugiée, Halima Bashir, médecin originaire du Darfour qui a été enlevée et torturée après avoir dénoncé des viols commis contre des enfants pré-adolescents par des miliciens au Soudan, prend part au congrès en tant que membre de l'équipe du HCR et d'Aegis. Elle parlera du Darfour et aidera à sensibiliser sur les problèmes auxquels sont confrontés les personnes qui ont été forcées à fuir le conflit et les persécutions.

« Je souhaite que chacun, à travers le monde, aide les populations du Darfour et les protège pour qu'elles puissent vivre en paix, comme elles le faisaient auparavant », a dit le Docteur Bashir, qui a témoigné par écrit sur son expérience et de sa fuite. « Le Darfour n'est pas une autre planète. Les gens devraient se réveiller et voir que des personnes innocentes y perdent la vie », a-t-elle ajouté.

Gordon Brown, le Premier Ministre du Royaume-Uni, qui préside le congrès annuel, avait offert plus tôt cette année d'accueillir des pourparlers de paix entre le Gouvernement soudanais et les groupes rebelles.

© HCR/D.Brown
L'exposition présentant un village du Darfour réduit en cendres a suscité un vif intérêt.

Le HCR, qui assure protection et assistance à plus de 32 millions de personnes à travers le monde, est l'une des rares agences humanitaires présentes sur le terrain dans l'ouest du Darfour. De l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad, l'agence coordonne les organisations partenaires fournissant une aide, dans le cadre d'une opération massive d'assistance confrontée à de nombreux défis causés par les longues distances et le manque de sécurité.

Le Trust Aegis, une organisation non gouvernementale majeure en Grande-Bretagne, œuvre pour prévenir le génocide à travers le monde. Cette organisation coordonne le groupe parlementaire britannique multipartite pour la prévention du génocide. Le Groupe Fund4Darfur porte assistance aux survivants de la crise, à la fois en Grande-Bretagne et sur place dans la région.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Tchad : l'éducation en exil

L'UNHCR s'associe avec le Ministère de l'éducation et des partenaires ONG pour améliorer l'éducation des réfugiés soudanais au Tchad. La violence continue dans la région ouest du Darfour, au Soudan, a déraciné deux millions de Soudanais dans leur propre pays et a fait fuir quelque 230 000 personnes de l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad. Les réfugiés sont hébergés dans 12 camps au Tchad. Bien que le taux d'inscription à l'école dans les camps au Tchad soit élevé, l'assiduité est variable. Le manque d'instituteurs qualifiés et de fournitures scolaires perturbe le déroulement des classes. Par ailleurs, de nombreux enfants sont accaparés par les tâches domestiques, tandis que d'autres arrêtent l'école pour travailler dans des familles tchadiennes. La fréquentation des filles est moins régulière, surtout après leur mariage qui a lieu généralement lorsqu'elles ont 12 ou 13 ans. Pour les garçons et adolescents, fréquenter l'école diminue le risque d'être recruté par différents groupes armés opérant dans la région.

L'UNHCR et ses partenaires continuent de former et de rémunérer les instituteurs au sein des 12 camps de réfugiés, assurant ainsi une éducation de qualité aux enfants réfugiés. Les ONG partenaires entretiennent les écoles et fournissent les uniformes aux écoliers. L'UNICEF distribue des livres, des cahiers et des fournitures. En août 2007, l'UNHCR, l'UNICEF et le Ministère de l'éducation tchadien ont travaillé conjointement pour améliorer l'éducation des Soudanais déracinés par le conflit au Darfour.

Tchad : l'éducation en exil

Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.
Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi Play video

Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi

Oumi a fui le Soudan avec son mari et ses enfants il y a trois mois lors d'un voyage qui a été tragique.
Ethiopie : Arrivée à AssosaPlay video

Ethiopie : Arrivée à Assosa

Zenab vivait dans le village de son mari dans l'Etat du Nil Bleu au Soudan, avant qu'il n'ait été attaqué. Elle a perdu trois frères et a ensuite traversé une épreuve difficile lors du voyage vers l'Ethiopie avec ses enfants.