Le rêve australien d'un réfugié iraquien devient réalité

Articles d'actualité, 25 septembre 2008

© HCR/A.Restu
Contrôle de sécurité à l'aéroport de Djakarta : le réfugié Ihsan Abdulrassoul Hassoun rejoint finalement l'Australie, le pays dont il avait rêvé depuis si longtemps.

DJAKARTA, Indonésie, 25 septembre (UNHCR) Depuis la prison que constituait l'Iraq de Saddam Hussein, l'Australie apparaissait comme une terre promise pour Ihsan Abdulrassoul Hassoun. « J'avais un neveu qui avait émigré il y a longtemps dans ce pays où il a très bien réussi », a-t-il expliqué. « Je n'avais alors qu'une seule idée en tête : je voulais le rejoindre en Australie. »

Poussé par ce désir si fort, il s'est enfui depuis l'Iraq en payant des passeurs pour l'aider à rejoindre le pays de ses rêves. Maintenant, sept ans après qu'il se soit échappé illégalement, Ihsan Abdulrassoul Hassoun vit légalement en Australie, grâce au programme de réinstallation pour les réfugiés mis en œuvre par l'agence des Nations Unies pour les réfugiés et le Gouvernement australien.

Il a quitté l'Iraq pour sauver sa vie, fuyant la persécution en tant que membre d'une minorité religieuse après que son frère ait été tué. Après un bref passage en Malaisie et en Indonésie, il a embarqué dans un bateau de passeurs pour se rendre en Australie en septembre 2001. L'embarcation a été interceptée par la marine australienne et elle a dû rebrousser chemin. Ihsan Abdulrassoul Hassoun et les passagers du bateau ont alors été bloqués dans l'île de Lombok, avant d'être transférés dans la région ouest de Java.

Sept ans d'incertitudes ont suivi, durant lesquels Ihsan Abdulrassoul Hassoun a appris à parler l'indonésien bahasa, mais il ne pouvait pas travailler légalement ni s'intégrer dans la communauté locale. « Durant ces sept dernières années, je ressentais de la tristesse quand je pensais à mon avenir, même si autour de moi les gens étaient très gentils », a-t-il expliqué.

Après être passé par une longue procédure pour recevoir le statut de réfugié, Ihsan Abdulrassoul Hassoun a bénéficié d'un programme humanitaire du HCR, lancé en 2005 par l'agence pour les réfugiés en coopération avec plusieurs pays pour trouver des solutions durables pour les réfugiés iraquiens et afghans présents en Indonésie. La plupart d'entre eux avaient vécu dans le pays depuis quatre à six ans, ils ne peuvent pas travailler, suivre une formation ou s'intégrer durablement. Un retour dans leur pays d'origine n'est pas envisageable pour le moment.

« L'Indonésie a fait preuve d'une grande générosité en permettant aux réfugiés de rester temporairement dans le pays alors qu'ils cherchaient une solution plus durable », a dit Robert Ashe, le délégué régional du HCR à Djakarta. « Cette solution est maintenant offerte par l'Australie, un pays qui soutient le travail du HCR de façon importante, à la fois par des contributions financières et aussi en termes d'opportunités de réinstallation fournies aux réfugiés originaires de nombreux pays à travers le monde. »

Ihsan Abdulrassoul Hassoun, âgé maintenant de 48 ans, a récemment fait le voyage par avion depuis Djakarta, il était très impatient de commencer une nouvelle vie en Australie. « Maintenant, j'ai retrouvé de l'espoir pour mon avenir », a-t-il dit. « Je peux maintenant faire des projets pour ma nouvelle vie en Australie. Je voudrais d'abord apprendre l'anglais, et ensuite je commencerai à chercher un nouvel emploi l'année prochaine. »

Il gardera longtemps en mémoire l'accueil prodigué par l'Indonésie, le pays qui l'a généreusement hébergé durant son attente d'une solution durable : « Je n'oublierai jamais l'Indonésie, un jour je reviendrai en Indonésie pour rendre visite à mes amis. »

Par Anita Restu à Jakarta, Indonésie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Enfants d'Erbil : des réfugiés syriens dans une zone urbaine en Irak

Les enfants qui ont trouvé refuge dans des zones urbaines avec leurs familles, font partie des réfugiés syriens parmi les plus vulnérables. A la différence de ceux qui sont hébergés dans des camps, les réfugiés qui vivent en ville dans des pays comme l'Irak, la Turquie et la Jordanie, ont souvent du mal à accéder à l'aide et à la protection. Dans un camp de réfugiés, il est plus facile pour des organisations humanitaires comme le HCR de fournir un abri et une assistance régulière, notamment des vivres, des soins de santé et un accès à l'éducation. Trouver les réfugiés en zones urbaines, sans parler de les aider, n'est pas une tâche facile.

En Irak, environ 100 000 réfugiés syriens sur les 143 000 présents dans le pays, vivraient en zones urbaines - dont 40% d'enfants âgés de moins de 18 ans. Les photos suivantes, prises par Brian Sokol dans la ville d'Erbil au nord de l'Irak, donnent un aperçu de la vie de certains de ces jeunes réfugiés urbains. Elles montrent la dureté de la vie quotidienne mais aussi la résilience, l'adaptabilité et le courage de ces jeunes dont la vie a été bouleversée au cours des deux dernières années.

La vie est difficile à Erbil, la capitale de la région du Kurdistan en Iraq. Le coût de la vie est élevé et il n'est pas facile de trouver du travail. Les réfugiés doivent aussi consacrer une part importante de leurs ressources limitées au loyer. Le HCR et ses partenaires, dont le Gouvernement régional kurde, se démènent pour aider les personnes dans le besoin.

Enfants d'Erbil : des réfugiés syriens dans une zone urbaine en Irak

Angelina Jolie en mission auprès des réfugiés syriens et iraquiens en Moyen-Orient

Dans son nouveau rôle en tant qu'Emissaire du HCR, Angelina Jolie a effectué cinq missions cette année auprès des réfugiés. Elle s'est rendue en Jordanie, au Liban et en Turquie en septembre 2012, pour y rencontrer des réfugiés syriens parmi les dizaines de milliers de Syriens qui ont fui le conflit dans leur pays d'origine et qui ont trouvé refuge dans les pays voisins. Angelina Jolie a achevé sa visite au Moyen-Orient par l'Iraq où elle a rencontré des réfugiés syriens dans le nord ainsi que des déplacés internes iraquiens et des réfugiés rapatriés à Bagdad.

Angelina Jolie en mission auprès des réfugiés syriens et iraquiens en Moyen-Orient

Les déplacés internes en Iraq

Huit ans après la chute du régime de Saddam Hussein, plus de 1,5 million de personnes restent déplacées en Iraq, dont 500 000 d'entre elles vivent dans des conditions dramatiques dans des installations spontanées ou des bâtiments publics. Pour ces personnes extrêmement vulnérables, ayant un accès limité à l'eau potable, à l'électricité, aux soins de santé et au système scolaire pour leurs enfants, la vie quotidienne est une lutte pour la survie. De nombreuses familles ayant trouvé abri dans des installations spontanées illégales peuvent en être expulsées à tout moment. La plupart des déplacés internes ont fui leurs maisons pour échapper à la violence sectaire provoquée par l'attentat perpétré en 2006 contre le mausolée d'Al-Askari à Samarra. Le HCR travaille avec le Gouvernement iraquien sur des programmes d'aide au logement comprenant l'allocation de parcelles de terrain, l'aide à l'hébergement et la reconstruction de logements, afin de rechercher des solutions durables pour les personnes déplacées.

Les déplacés internes en Iraq

Angelina Jolie en mission à BagdadPlay video

Angelina Jolie en mission à Bagdad

Durant sa récente mission au Moyen-Orient, l'Emissaire du HCR Angelina Jolie a rencontré des déplacés et des rapatriés iraquiens à Bagdad.
Iraq : La dure réalitéPlay video

Iraq : La dure réalité

On compte plus de 350 installations de déplacés internes en Iraq. Les conditions de vie sont désastreuses dans la plupart d'entre elles.
Iraq : Brique après briquePlay video

Iraq : Brique après brique

En Iraq, plus de deux millions de personnes restent des déplacés internes. Le HCR a démarré un programme de rénovation de maisons pour aider au retour.