Des réfugiés congolais rentrent au Sud-Kivu via le lac Tanganyika

Articles d'actualité, 5 septembre 2008

© HCR/M.Luchtmeijer
Le MV Mwongozo dans le port de Kigoma.

KIGOMA, Tanzanie, 5 septembre (UNHCR) Kashindi Iddi, comme des réfugiés congolais en nombre croissant, a choisi le rapatriement depuis la Tanzanie, alors que la situation s'améliore dans sa province natale, le Sud-Kivu, située de l'autre côté du lac Tanganyika.

« En 1998, j'ai fui ma ville natale de Matongo à cause de la guerre au Sud-Kivu. Aujourd'hui, je rentre avec ma femme et mes trois enfants », a expliqué Kashindi Iddi, en tenant par la main son fils de deux ans, avant d'embarquer à bord du bateau affrété par le HCR dans le port de Kigoma.

Avec sa famille, il devra relever de nombreux défis lors de sa nouvelle vie dans l'est de la République démocratique du Congo, après avoir vécu 10 ans dans un camp de réfugiés en Tanzanie. Dans la région, l'infrastructure et les services sont très limités après des années de guerre, une guerre qui a pris fin officiellement en 2003. La sécurité reste cependant un problème.

Les enfants de Kashindi Iddi ont toujours vécu en Tanzanie. Ils sont tous nés dans le camp de réfugiés de Lugufu, l'un des deux camps restants accueillant des réfugiés congolais dans la région frontalière de Kigoma, au nord-ouest de la Tanzanie.

A ce moment de l'année, les écoles du camp sont fermées et les réfugiés ont terminé les récoltes dans leurs petits carrés de terrain au camp. Parallèlement, des réfugiés se sont présentés, en nombre croissant, ces dernières semaines pour un rapatriement volontaire vers la RDC.

Le HCR organise actuellement deux traversées par semaine depuis Kigoma vers le port de Baraka, en RDC, sur le MV Mwongozo, qui transporte les réfugiés et leurs possessions. A l'arrivée, les réfugiés reçoivent un kit d'assistance préparé par le HCR et ses partenaires, notamment le Programme alimentaire mondial. Cette aide comprend des articles domestiques, une moustiquaire, des outils agricoles, de la nourriture pour trois mois et un kit d'abri.

« L'agence des Nations Unies pour les réfugiés en RDC aide aussi à la réintégration des rapatriés via la rénovation des infrastructures y compris des écoles et des cliniques la promotion d'activités de génération de revenus et l'aide à la résolution des conflits fonciers », a expliqué Marie-Christine Bocoum, directrice adjointe du bureau de l'Afrique du HCR, durant une récente visite à Kigoma à l'occasion du départ des réfugiés.

La plupart des réfugiés congolais accueillis dans des camps tanzaniens viennent des villes de Fizi et d'Uvira ou de régions environnantes. Ces zones sont considérées comme étant relativement stables, mais la vie des rapatriés sera toujours plus difficile que dans les camps.

Malgré des problèmes et une pression exercée sur les maigres ressources et les services existants, des officiels locaux ont accueilli chaleureusement le retour de leurs compatriotes. Le Gouverneur du Sud-Kivu Chirimwani Muderhwa, durant une récente visite dans des camps tanzaniens, a indiqué que la réintégration des rapatriés était cruciale pour consolider la paix fragile instaurée dans sa province frontalière.

« Tous les représentants locaux du gouvernement et moi-même vous accueillons et nous vous aiderons lors de votre réintégration », a-t-il dit, ajoutant : « Nous avons amélioré l'accès aux soins de santé : vous trouverez davantage de cliniques et de personnel de santé qu'avant la guerre. Des écoles supplémentaires sont construites avec l'aide du HCR et l'éducation primaire est gratuite. »

Kashindi Iddi avait conscience des obstacles qu'il allait rencontrer, mais il était cependant persuadé d'avoir pris la bonne décision. « Je veux que mes enfants grandissent en RDC. Je sais que cela ne sera pas facile de reconstruire ma vie, mais je n'ai pas peur de rentrer », a-t-il dit avant d'embarquer à bord du Mwongozo. « Je remercie la Tanzanie et le HCR pour tout ce qu'ils ont fait pour moi. De retour au Sud-Kivu, j'espère gagner ma vie en tant que menuisier, en utilisant les compétences que j'ai apprises au camp de Lugufu. »

Le HCR a commencé à faciliter le rapatriement des réfugiés congolais depuis des camps tanzaniens en octobre 2005. A ce jour, l'agence pour les réfugiés a aidé plus de 53 000 Congolais à rentrer chez eux, alors que près de 90 000 autres vivent toujours dans deux camps de la région de Kigoma.

Par Eveline Wolfcarius à Kigoma, Tanzanie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Catastrophe humanitaire au Katanga

Les habitants de la province du Katanga en République démocratique du Congo qualifient depuis longtemps la région située entre les villes de Manono, Mitwaba et Pweto comme étant le « triangle de la mort ». Malgré la présence des forces des Nations Unies pour le maintien de la paix et les opérations des militaires gouvernementaux menées avec succès dans d'autres parties du pays, la situation au Katanga, une province riche en ressources, s'est aggravée ces deux dernières années. Le conflit opposant le groupe des milices sécessionnistes au gouvernement et les groupes ethniques Luba (Bantu) et Twa (Pygmy) a fait des milliers de victimes et de personnes déplacées dans le pays, plus de 400 000 personnes depuis 2012, dont 70 000 ces trois derniers mois. Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a exprimé sa « vive préoccupation » sur la situation humanitaire « catastrophique » au nord de la province du Katanga. La violence règne dans cette région où on déplore des pillages et l'incendie de villages entiers, des violations des droits de l'homme, notamment des meurtres, des viols collectifs et d'autres cas de violence sexuelle, ainsi que le recrutement militaire forcé des enfants.

La présence limitée d'organisations humanitaires et de développement est un sérieux problème, entraînant une assistance insuffisante pour les personnes déplacées qui éprouvent des difficultés à accéder aux services essentiels. Il existe 28 sites accueillant des personnes déplacées internes dans le nord de la province du Katanga et de très nombreuses autres personnes déplacées sont hébergées par les communautés d'accueil. Si le HCR a construit quelque 1 500 abris d'urgence depuis janvier, les personnes déplacées ont également besoin de bien d'autres choses, notamment d'un accès aux soins de santé, à l'eau potable, à de la nourriture et à des possibilités d'éducation. Les photographies ci-dessous ont été prises par Brian Sokol pour le HCR et elles soulignent le désespoir et la souffrance endurés par les populations.

Catastrophe humanitaire au Katanga

De Batalimo à Batanga et au-delà : Des Congolais rentrent de RCA

Ce mois-ci, près de 6 300 réfugiés originaires de la République démocratique du Congo (RDC) ont quitté le camp de Batalimo en République centrafricaine, un pays déchiré par les violences. Ils sont rentrés chez eux dans la province de l'Equateur sur une base volontaire. Leur décision de rentrer prouve encore une fois, s'il en était besoin, la gravité de la situation en République centrafricaine, où la violence s'est intensifiée depuis décembre. Le conflit a généré des centaines de milliers de personnes déplacées internes et en a forcé près de 350 000 autres à fuir vers les pays voisins. Les réfugiés du camp de Batalimo faisaient partie des quelque 20 000 Congolais ayant fui en République centrafricaine pour échapper aux conflits interethniques en RDC. L'opération de retour depuis Batalimo avait été reportée plusieurs fois pour des raisons de sécurité et de logistique. Toutefois, le 10 avril, un premier convoi a traversé le fleuve Oubangui en bateau. Le tout dernier est arrivé en RDC en date du 10 mai. Le HCR a organisé le transport des réfugiés depuis Batalimo vers la ville fluviale de Zinga en RCA. De là, ils sont montés à bord de bateaux pour la traversée vers Batanga ou Libenge dans la province de l'Equateur en RDC. A Batanga, les rapatriés ont été enregistrés, ils ont reçu des documents d'identité et une subvention d'aide à la réinsertion. Ils ont ensuite été transportés vers leurs villages, où ils bénéficieront d'un suivi. La photographe Leonora Baumann a suivi l'un de ces groupes de rapatriés vers la RDC.

De Batalimo à Batanga et au-delà : Des Congolais rentrent de RCA

Sur la route : le HCR transfère des réfugiés congolais vers leur future maison en Ouganda

À la mi-juillet 2013, des milliers de réfugiés congolais ont commencé à affluer à la frontière entre la République démocratique du Congo (RDC) et l'Ouganda, dans le district de Bundibugyo à l'ouest du pays. Ils fuyaient les combats ayant éclaté quand un groupe rebelle ougandais, les Forces démocratiques alliées, ont attaqué la ville de Kamango dans la province instable du Nord-Kivu en RDC. Beaucoup sont restés dans la zone frontalière montagneuse, mais d'autres ont été transférés vers le centre de transit de Bubukwanga plus à l'intérieur de l'Ouganda. Ils y ont reçu protection et assistance de la part du gouvernement, du HCR et de ses partenaires. Mais le centre de transit a une capacité d'accueil initiale de 12 500 personnes. Il a été rapidement surpeuplé et les gens ont été encouragés à rejoindre l'installation de réfugiés de Kyangwali, située à 280 kilomètres au nord dans le district de Hoima. Depuis que le premier convoi a quitté Bubukwanga pour Kyangwali le 14 août dernier, plus de 11 000 personnes ont rejoint ce site où elles accèdent à des services plus complets et plus durables. Le photographe Michele Sibiloni s'est récemment rendu à Bubukwanga et il a suivi un convoi de réfugiés se rendant à l'installation de Kyangwali.

Sur la route : le HCR transfère des réfugiés congolais vers leur future maison en Ouganda

Somalie : Retour à ZanzibarPlay video

Somalie : Retour à Zanzibar

Un groupe de familles rentre à Zanzibar en Tanzanie après avoir vécu en exil pendant plus de 10 ans à Mogadiscio en Somalie.
Tanzanie : Vers la citoyennetéPlay video

Tanzanie : Vers la citoyenneté

En 2007, le HCR et le gouvernement tanzanien lui ont donné le choix : retourner chez lui ou devenir citoyen tanzanien. Pour Michael Sheltieri Namoya, la décision a vite été prise.
Tanzanie : Les Bantous rentrent chez euxPlay video

Tanzanie : Les Bantous rentrent chez eux

Depuis plus de quatre siècles, des milliers de Bantous vivent en Somalie. Désormais ils rentrent en Tanzanie, la terre de leurs ancêtres.