La Human Race débarque à Genève

Articles d'actualité, 29 août 2008

© HCR/R.DeLa Cruz
Ce groupe de 20 coureurs a participé à la course de 10 kilomètres.

GENEVE, 29 août (UNHCR) Près de 100 employés et supporters du HCR ont sacrifié leur déjeuner de vendredi et parcouru les rues de Genève afin de collecter de l'argent pour les enfants réfugiés au Tchad.

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a organisé une course de 10 kilomètres et une marche de cinq kilomètres le long du lac Léman et dans le quartier verdoyant des Nations Unies au cœur de la ville suisse, dans le cadre de Nike+ Human Race. Cet événement de collecte de fonds rassemblera dimanche environ un million de coureurs dans 25 villes du monde et permettra au HCR de recevoir une somme d'au moins 500 000 dollars.

Alors que cinq minutes encore avant le départ, l'événement de Genève semblait voué à l'échec du fait du petit nombre de coureurs arborant un tee-shirt du HCR présents sur place, un flot de coureurs amateurs de toutes tailles, de tous âges et de toutes origines est soudain arrivé devant le siège du HCR.

Le Directeur des relations extérieures du HCR Nick Van Praag, qui sera à Londres dimanche pour prendre part à la Human Race, a accueilli les membres du personnel et les coureurs venus des agences sœurs et des ambassades.

« Chaque kilomètre que vous parcourrez en courant ou en marchant sera enregistré et comptera pour la somme que le HCR recevra grâce à votre effort », a dit Nick Van Praag. « Nous avons déjà l'assurance qu'une somme d'un demi-million de dollars sera allouée à notre travail [par Nike, l'organisateur de l'événement Human Race et l'un des partenaires du HCR du secteur privé]. Plus vous marchez, plus vous courez, et plus nous recevrons [d'argent]. »

Peu après, la course de Genève a commencé sous un vent léger et un ciel clair. Un groupe de quelque 20 coureurs a démarré à toute vitesse, soucieux de brûler quelques calories au cours des 10 kilomètres de course, alors que le reste des participants descendait vers le lac à un rythme plus modéré. Une heure plus tard, ils avaient accompli leur B.A. de la journée et étaient de retour au HCR.

« C'était une façon de relier Genève à la Human Race principale et aux villes où cet événement est organisé », a dit une participante, Carla Thachuk, chargée de collecte de fonds pour le HCR. « Courir 10 kilomètres, ce n'est rien en comparaison des difficultés auxquelles sont quotidiennement confrontés les réfugiés au Tchad », a-t-elle ajouté.

Nick Van Praag a dit que la somme d'argent que recevrait l'agence, grâce à l'événement se déroulant à Genève et à la Human Race elle-même, serait utilisée pour équiper des écoles et payer les salaires de plus de 500 professeurs dans des camps accueillant près de 250 000 réfugiés soudanais dans l'est du Tchad. Ce programme fait partie de la campagne ninemillion.org du HCR visant à créer des opportunités pour tous les enfants réfugiés dans les domaines du sport et de l'éducation.

Le HCR, le World Wildlife Fund (WWF) et la Fondation Lance Armstrong seront les trois bénéficiaires des fonds collectés par la Human Race. Nike a promis de verser à chacune de ces trois organisations la somme de 500 000 dollars. Les coureurs indiqueront quelle cause ils souhaitent soutenir, et l'argent supplémentaire collecté sera alloué sur cette base.

Dimanche les sportifs, sur lesquels compte l'agence des Nations Unies pour les réfugiés pour améliorer le sort des enfants réfugiés, courront dans le monde entier, qu'il s'agisse des employés du HCR à Dakar, au Sénégal, et à Tbilissi, ou des quelque 3 000 réfugiés et membres des communautés hôtes qui seront sur la ligne de départ au Népal.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Voir aussi

Enfants

Les enfants représentent près de la moitié de la population relevant de la compétence du HCR. Ils ont besoin de soins spécifiques.

L'autre crise de réfugiés au Tchad

Une seconde crise de réfugiés se développe silencieusement dans le sud du Tchad depuis ces dernières années. Cette crise n'attire que peu d'attention de la part des médias et de la communauté internationale. Environ 60 000 réfugiés de la République centrafricaine sont hébergés dans le sud du Tchad. Ils sont répartis dans cinq camps et ils reçoivent une aide régulière du HCR. Toutefois le financement pour cette aide et pour des projets de réintégration reste faible. Les réfugiés ont fui les combats entre des groupes rebelles et les forces gouvernementales au nord de la République centrafricaine. Depuis le début de l'année 2009, 17 000 nouveaux réfugiés sont arrivés dans le sud-est du Tchad.

L'autre crise de réfugiés au Tchad

Des milliers de personnes sont déplacées à l'intérieur du Tchad

Lors de scènes de dévastation au mode opératoire similaire à celles du carnage perpétré au Darfour voisin, quelque 20 villages dans l'est du Tchad ont été attaqués, brûlés et pillés par des groupes de nomades armés depuis le 4 novembre. Des centaines de personnes ont été tuées, davantage encore ont été blessées. Au moins 15 000 personnes ont été déplacées de leurs villages d'origine.

Quelque 7 000 personnes se sont rassemblées aux alentours de Goz Beida, où elles ont trouvé abri sous des arbres ou ailleurs. L'UNHCR distribuera des articles de secours dès que la situation sécuritaire le permettra. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a déjà distribué des bâches en plastique, des matelas, des couvertures et des médicaments aux déplacés internes nouvellement arrivés dans le camp de Habila. L'agence recherche actuellement un site temporaire pour accueillir les nouveaux arrivants et entre temps va augmenter le nombre de points d'eau dans le camp de Habila.

La détérioration de la situation sécuritaire dans la région est extrêmement préoccupante, ainsi que ses conséquences sur les opérations de l'UNHCR pour aider les déplacés internes et les réfugiés. Il y a 90 000 déplacés internes au Tchad, ainsi que 218 000 réfugiés originaires du Darfour présents dans 12 camps de l'est du Tchad.

Des milliers de personnes sont déplacées à l'intérieur du Tchad

Tchad : l'éducation en exil

L'UNHCR s'associe avec le Ministère de l'éducation et des partenaires ONG pour améliorer l'éducation des réfugiés soudanais au Tchad. La violence continue dans la région ouest du Darfour, au Soudan, a déraciné deux millions de Soudanais dans leur propre pays et a fait fuir quelque 230 000 personnes de l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad. Les réfugiés sont hébergés dans 12 camps au Tchad. Bien que le taux d'inscription à l'école dans les camps au Tchad soit élevé, l'assiduité est variable. Le manque d'instituteurs qualifiés et de fournitures scolaires perturbe le déroulement des classes. Par ailleurs, de nombreux enfants sont accaparés par les tâches domestiques, tandis que d'autres arrêtent l'école pour travailler dans des familles tchadiennes. La fréquentation des filles est moins régulière, surtout après leur mariage qui a lieu généralement lorsqu'elles ont 12 ou 13 ans. Pour les garçons et adolescents, fréquenter l'école diminue le risque d'être recruté par différents groupes armés opérant dans la région.

L'UNHCR et ses partenaires continuent de former et de rémunérer les instituteurs au sein des 12 camps de réfugiés, assurant ainsi une éducation de qualité aux enfants réfugiés. Les ONG partenaires entretiennent les écoles et fournissent les uniformes aux écoliers. L'UNICEF distribue des livres, des cahiers et des fournitures. En août 2007, l'UNHCR, l'UNICEF et le Ministère de l'éducation tchadien ont travaillé conjointement pour améliorer l'éducation des Soudanais déracinés par le conflit au Darfour.

Tchad : l'éducation en exil

Tchad : des défis environnementauxPlay video

Tchad : des défis environnementaux

Les 250 000 réfugiés du Darfour exilés dans lest du Tchad luttent chaque jour pour tenter de survivre avec un minimum deau, de nourriture et de combustible.
Des réfugiés centrafricains fuient vers le TchadPlay video

Des réfugiés centrafricains fuient vers le Tchad

La guerre se déroulant en République centrafricaine a reçu peu d'attention de la part des médias, en comparaison avec le conflit du Darfour, alors que ses effets sont semblables. Plus de 17 000 Centrafricains ont traversé la frontière vers le Tchad depuis janvier 2009, portant ainsi le total des réfugiés centrafricains à près de 70 000 dans ce pays.