Le HCR aide les déplacés dans l'ouest de la Géorgie

Articles d'actualité, 20 août 2008

© HCR/C.Bruguera
Un Boeing 707 affrété par le HCR transportant à son bord 15 000 couvertures, 3 000 trousses d'ustensiles de cuisine et 6 000 jerrycans, est déchargé à Batumi.

ZUGDIDI, Géorgie, 20 août (HCR) L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a commencé mercredi à distribuer de l'aide à des milliers de personnes dans l'ouest de la Géorgie pour la première fois depuis le début du conflit. L'aide humanitaire a été transportée par avion mardi car il était auparavant impossible d'accéder à cette région par convoi routier ou par train.

Des camions du HCR ont transporté de la nourriture pour la première distribution effectuée par le Programme alimentaire mondial (PAM) aux personnes vulnérables dispersées dans un rayon de 100 kilomètres autour de Kutaisi, la deuxième ville géorgienne. Demain, le HCR fournira des articles non alimentaires comme des jerrycans, des trousses d'ustensiles de cuisine et des couvertures pour plus de 3 000 personnes.

« Le HCR a présidé aujourd'hui un groupe de coordination sur la distribution d'aide qui aura lieu demain avec tous les acteurs concernés afin d'assurer une couverture maximale sur le terrain », a expliqué Alesandra Morelli, chef de l'équipe d'urgence basée dans la ville de Zugdidi, à l'ouest de la Géorgie.

Des évaluations initiales avaient montré que 15 000 personnes environ ont urgemment besoin d'aide, y compris celles qui ont été déplacées au début du mois depuis la région séparatiste géorgienne d'Abkhazie et les personnes déplacées internes depuis les conflits survenus auparavant, dans les années 90.

Quand le conflit armé a commencé le 8 août dans l'autre région séparatiste géorgienne, en Ossétie du Sud, la zone située entre l'Abkhazie et la Géorgie même était une zone de tension secondaire, déclenchant la fuite de milliers de civils.

Ils n'avaient reçu aucune aide à ce jour à cause de la difficulté d'accès dans la zone pour des tonnages importants d'articles humanitaires. Mardi, le HCR a acheminé par avion 200 tentes, 15 000 couvertures, 3 000 trousses d'ustensiles de cuisine et 6 000 jerrycans dans la ville de Batumi. L'agence a déjà distribué de l'aide à des dizaines de milliers de personnes déplacées dans la zone de Tbilissi, y compris mercredi.

Parallèlement, le HCR travaille avec son agence sœur, le PAM, et des agences humanitaires internationales pour essayer d'identifier les besoins des déplacés et de différencier les personnes nouvellement déplacées de celles qui étaient déjà déplacées avant le récent conflit.

Une livraison rapide d'assistance aux déplacés dans l'ouest de la Géorgie n'aura pas un impact positif immédiat pour les personnes dans le besoin mais elle devrait par ailleurs éviter de nouveaux déplacements vers Tbilissi, où les installations sont mises à rude épreuve. Des équipes du HCR ont visité plus de 550 centres collectifs à Tbilissi pour évaluer les lieux, le nombre et les besoins des bénéficiaires.

Par Melita H. Sunjic à Zugdidi, Géorgie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •
Géorgie : Plus qu'un simple camp d'étéPlay video

Géorgie : Plus qu'un simple camp d'été

Le conflit entre la Géorgie et la Russie a été de courte durée il y a un an, toutefois les cicatrices sont encore présentes en particulier pour les victimes les plus jeunes. Les camps d'été pour la jeunesse sont un rituel chaque année dans de nombreux pays. En Géorgie, un nouveau camp d'été financé par le HCR aide les jeunes à regagner confiance et à retrouver leur optimisme.
Géorgie : Enfin l'espoir ?Play video

Géorgie : Enfin l'espoir ?

Depuis plus de 16 ans, les personnes déplacées par le conflit entre la Géorgie et l'Abkhazie vivent dans un grand dénuement. Après plus d'une décennie d'attente, ces déplacés peuvent à nouveau espérer un changement. Leur sort était quasiment oublié jusqu'à ce que le conflit éclate l'an dernier dans la région séparatiste de l'Ossétie du Sud. Alors la communauté internationale a soudain pris conscience de leurs conditions de vie misérables dans des centres collectifs insalubres et surpeuplés.