Financer l'éducation des enfants réfugiés, c'est construire la paix

Articles d'actualité, 6 août 2008

© et avec l'aimable autorisation de Beatriz Knaster
L'ambassadeur de bonne volonté Jesús Vázquez discute avec une femme réfugiée et ses enfants au camp de réfugiés de Dadaab.

CAMP DE REFUGIES DE DADAAB, Kenya, 6 août (UNHCR) Jesús Vázquez était impatient de retourner à Dadaab. Le célèbre présentateur télévisé espagnol avait promis aux réfugiés et aux travailleurs humanitaires qu'il reviendrait, après sa première visite en mars 2007. La semaine dernière, il effectuait sa première mission sur le terrain après sa nomination en tant qu'ambassadeur de bonne volonté de l'UNHCR, mi-juillet.

Au camp d'Ifo, l'un des trois camps du complexe de Dadaab, des réfugiés de tous âges ont accueilli Jesús Vázquez par des chansons et des danses lorsque la célébrité espagnole a atterri dans la zone semi-désertique située près de la frontière entre le Kenya et la Somalie, au nord-est du Kenya. C'est là que l'UNHCR et ses partenaires viennent en aide à plus de 200 000 réfugiés qui sont arrivés depuis 1991, fuyant principalement la guerre civile qui ravage la Somalie.

« Lorsque nous avons été informés de vos campagnes télévisées et de votre soutien depuis l'Europe, nous savions que vous n'étiez pas (seulement) l'un de ces nombreux blancs qui viennent ici avec leurs caméras pour nous voir », a dit Bachir, l'un des anciens du camp en accueillant Jesús Vázquez.

Jesús Vázquez avait effectivement apporté des caméras avec lui. Accompagné par une équipe technique de la chaîne Tele5, Jesús Vázquez s'est rendu compte par lui-même des projets financés par l'UNHCR à Nairobi, notamment une installation hébergeant des Kényans déplacés internes à Naivasha dans la vallée du Rift, avant d'arriver dans les trois camps de Dadaab situés à quelque 500 kilomètres au nord-est de Nairobi.

L'ambassadeur de bonne volonté était très enthousiaste à l'idée de rassembler des informations et des images sur les activités éducatives utilisées pour la sensibilisation et la collecte de fonds, ainsi que de surveiller l'avancement d'un projet concernant la mise en place d'une station de radio dans le camp, pour lequel il a collecté presqu'un demi-million de dollars l'année dernière.

Des radios solaires ont déjà été distribuées, des réfugiés ont été formés et un endroit destiné à l'installation de la station de radio a été trouvé au sein des camps, mais des procédures complexes impliquant de nombreux organismes gouvernementaux ont fait que le projet n'a pas été opérationnel aussi rapidement que l'UNHCR l'aurait voulu.

Pour tenter d'accélérer le processus, Jesús Vázquez a rencontré, durant son séjour dans la capitale, des hauts responsables de la Présidence et du Ministère de l'information et de la communication, qui ont exprimé leur volonté de soutenir la mise en place du projet de radio à Dadaab.

« La station de radio nous permettra d'aller directement dans les maisons de milliers de réfugiés et de faire passer des messages importants sur la santé, la logistique et l'éducation qui sont traditionnellement transmis via les anciens du camp qui disposent d'enceintes disposées dans chaque quartier du camp », a déclaré Liz Ahua, déléguée de l'UNHCR au Kenya.

Lors de ses conversations avec des réfugiés à Dadaab, Jesús Vázquez a été visiblement très ému de leur passion pour l'éducation. « Je crois que l'éducation est le plus précieux cadeau qui puisse être offert à un jeune », a-t-il dit aux réfugiés. « Je sais que beaucoup d'entre vous marchent huit kilomètres par jour pour aller et revenir de l'école et que vous partagez un livre à quatre ou six d'entre vous. Je m'engage à soutenir l'UNHCR par des fonds pour l'éducation comme une fenêtre ouvrant sur l'espoir, quelque chose que vous pouvez emporter avec vous où que vous alliez. »

Particulièrement touché par les problèmes liés au genre, Jesús Vázquez a demandé aux représentants des réfugiés, aux enseignants et aux élèves de s'engager encore davantage pour augmenter le nombre de filles fréquentant l'école. Dans la culture somalienne, de nombreuses élèves abandonnent l'école à l'âge de 13 ans pour se marier, participer aux tâches domestiques ou simplement parce qu'elles ne se sentent pas en sécurité en quittant leur domicile si elles n'ont pas été excisées. En effet, les mères et les familles qui ont décidé de ne pas procéder à la mutilation génitale de leurs filles sont souvent victimes de menaces et elles subissent la marginalisation par la communauté.

Jesús Vázquez et son équipe n'ont pas seulement enregistré des informations sur le Kenya pour la télévision espagnole, l'ambassadeur de bonne volonté espagnol a également trouvé la mission personnellement enrichissante.

« Un bout de mon cœur reste avec vous », a-t-il déclaré aux réfugiés, « mais je rentre avec mes batteries rechargées, et avec la conviction qu'investir dans l'éducation prépare la génération à venir à contribuer à la construction de la paix. »

Par María Jesús Vega à Nairobi et à Dadaab

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Jesús Vázquez

Présentateur TV espagnol

Crise somalienne

Les taux élevés de malnutrition chez les réfugiés somaliens imposent d'agir sans attendre

Donnez pour cette urgence

Crise dans la corne de l'Afrique

Des dizaines de milliers de Somaliens fuient le conflit et la sécheresse vers Djibouti, l'Ethiopie et le Kenya.

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Les trois camps de Dadaab, dont la capacité d'accueil était initialement prévue pour 90 000 personnes, comptent désormais une population d'environ 250 000 civils somaliens, ce qui fait de ce complexe accueillant des réfugiés l'un des plus grands et des plus surpeuplés au monde. Le HCR craint l'arrivée de dizaines de milliers d'autres réfugiés en 2009 dans cette région isolée située au nord-est du Kenya, alors que la situation continue à se détériorer dans leur pays en proie à des troubles.

Les ressources, comme l'eau et la nourriture, se réduisent dangereusement dans les camps surpeuplés, avec parfois 400 familles se partageant l'usage d'un robinet d'eau. Il n'y a plus de place pour monter de nouvelles tentes, et les nouveaux arrivants doivent partager des abris déjà surpeuplés avec d'autres réfugiés.

Début 2009, le Gouvernement kényan a donné son accord pour allouer des terres supplémentaires à Dadaab, ce qui permettra d'héberger quelque 50 000 réfugiés. Les photos ci-après montrent les conditions de vie dans le camp de Dadaab en décembre 2008.

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Kenya : largages aériens pour les camps de réfugiés affectés par les inondations

Ce week-end, l'UNHCR a commencé, avec l'aide de l'armée américaine, le largage aérien d'urgence d'environ 200 tonnes de biens de secours destinés aux milliers de réfugiés affectés par de graves inondations dans les camps de réfugiés de Dadaab au nord du Kenya.

Ces largages aériens offrent un spectacle impressionnant. Un avion cargo C-130 a largué, à chaque rotation, 16 tonnes de bâches en plastique, de moustiquaires, de tentes et de couvertures, au-dessus d'un site préalablement évacué de toute présence humaine et animale. Des réfugiés ont ensuite chargé le matériel dans des camions pour l'acheminer vers les camps.

Dadaab, un complexe de trois camps accueillant quelque 160 000 réfugiés, principalement originaires de Somalie, a été coupé du monde par un mois de fortes pluies qui ont emporté la seule route permettant de relier les camps isolés depuis la capitale kenyane, Nairobi. Le transport aérien s'est avéré la seule solution pour faire parvenir les secours vers les camps.

L'UNHCR a transféré 7 000 réfugiés parmi les plus touchés depuis Ifo vers le camp d'Hagadera, à quelque 20 kilomètres plus loin. 7 000 autres réfugiés ont été transférés vers un nouveau site, appelé Ifo 2, situé plus en altitude.

Kenya : largages aériens pour les camps de réfugiés affectés par les inondations

Inondations dans les camps de réfugiés au Kenya

Des inondations dans le nord-est du Kenya à la mi-novembre ont causé des dégâts dans les trois camps de réfugiés du complexe de Dadaab. Plus de 100 000 réfugiés sur les 160 000 qui y sont accueillis ont été affectés par ces inondations, en particulier au camp d'Ifo. Les réfugiés ont perdu leurs abris et les latrines ont été inondées et détruites. La route d'accès principale reliant Dadaab au reste du Kenya a été coupée par les inondations dues aux fortes pluies, empêchant tout approvisionnement d'aide par voie terrestre.

L'UNHCR a commencé à transférer les réfugiés - souvent avec des charrettes, tirées par des ânes - vers un lieu plus en sécurité, le camp de Hagadera, situé à 20 kilomètres et à une altitude plus élevée. La mise en place d'un pont aérien a permis d'apporter du carburant pour les générateurs, des kits médicaux d'urgence, des bâches en plastique et des pelles pour remplir des sacs de sable afin de consolider les digues anti-inondations. Des biens de premier secours ainsi que de la nourriture ont été distribués aux réfugiés démunis.

L'ampleur de ces inondations rappelle celle des inondations massives ayant suivi les pluies record d'El Nino en 1997, qui avaient submergé toutes les basses terres de l'est du Kenya.

Inondations dans les camps de réfugiés au Kenya

Somalie : La fuitePlay video

Somalie : La fuite

Des milliers de personnes ont fui la ville portuaire de Kismayo en Somalie et, malgré le départ des militants, beaucoup ont choisi de ne pas rentrer.
Somalie : Les touk-touks de GalkayoPlay video

Somalie : Les touk-touks de Galkayo

Des touk-touks ont été offerts à un groupe de déplacés internes somaliens qui vivent dans la ville de Galkayo, ce qui leur facilite la vie.
Somalie : Retour à ZanzibarPlay video

Somalie : Retour à Zanzibar

Un groupe de familles rentre à Zanzibar en Tanzanie après avoir vécu en exil pendant plus de 10 ans à Mogadiscio en Somalie.