Le chef du HCR rencontre des représentants de l'UE et appelle à une « Europe de l'asile »

Articles d'actualité, 16 juillet 2008

© Commission européenne
Le Haut Commissaire António Guterres (à gauche) rencontre le Président José Manuel Barroso.

BRUXELLES, Belgique, 16 juillet (UNHCR) Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres a souligné l'importance du partenariat entre l'UNHCR et l'Union européenne (UE), durant une visite à Bruxelles mercredi.

Après une rencontre avec José Manuel Barroso, le Président de la Commission européenne (CE), António Guterres s'est félicité du soutien continu de la Commission, au niveau financier et politique, envers l'UNHCR et les réfugiés à travers le monde.

António Guterres s'est aussi entretenu des questions relatives à l'asile, au sein de l'UE et au-delà, avec le Vice-Président Jacques Barrot, qui est responsable de la justice, de la liberté et de la sécurité. Il a souligné la bonne coopération entre l'UNHCR et la CE sur l'ambitieux projet de construction du Régime d'asile européen commun. Il a cependant rappelé que le territoire de l'UE et les procédures d'asile devaient rester accessibles pour les personnes en quête de protection internationale.

« Nous sommes préoccupés par le fait que l'effort majeur visant à contrôler les frontières extérieures de l'UE ne complique davantage l'entrée sur le territoire et l'accès aux procédures d'asile en Europe pour les personnes en quête d'asile », a souligné António Guterres. « Des mesures concrètes doivent être mises en place pour assurer que la protection reste accessible pour les personnes qui en ont besoin. »

Il a indiqué qu'il espérait que le projet de Pacte européen sur l'immigration et l'asile présenté au début du mois par la Présidence française de l'UE soutienne la construction d'une « Europe de l'asile ».

António Guterres et Jacques Barrot ont aussi discuté des possibilités d'accroître la réinstallation des réfugiés au sein de l'Union européenne. Le Haut Commissaire a rappelé le besoin pour l'UE de montrer son soutien aux pays non européens, qui accueillent la majorité des réfugiés à travers le monde.

« Réinstaller des réfugiés est une façon de se montrer solidaire avec des pays comme la Syrie, qui accueille actuellement environ un million de réfugiés originaires d'Iraq », a-t-il dit, en ajoutant : « Nous lançons un appel d'urgence à la Commission pour qu'elle continue ses efforts afin d'accroître la réinstallation au sein de l'UE. »

António Guterres a aussi rencontré Peter Zangl, le nouveau directeur d'ECHO, le département humanitaire de la CE, qui est un partenaire majeur de l'UNHCR. L'année dernière, la CE était le quatrième donateur de l'UNHCR avec une contribution totale s'élevant à 63,1 millions d'euros. Environ 80 pour cent de cette somme provient d'ECHO et permet de financer des opérations en Afrique et en Asie. « ECHO est non seulement un donateur important, mais aussi un partenaire engagé », a précisé António Guterres.

Ensemble, les Etats Membres de la CE et de l'UE fournissent environ 45 pour cent du budget annuel de l'UNHCR. Mais les relations de l'agence pour les réfugiés avec l'UE vont bien au-delà du financement. L'UNHCR conseille et met son expertise en matière de politiques et de pratiques d'asile à la disposition des institutions européennes et des Etats Membres.

Par Gilles Van Moortel à Bruxelles, Belgique

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •