Des protections hygiéniques pour les réfugiées

Articles d'actualité, 28 avril 2008

© HCR/R.Chalasani
Des femmes au travail dans un moulin rwandais financé par l'UNHCR. Une partie des serviettes hygiéniques données par Procter & Gamble seront envoyées au Rwanda.

GENEVE, 28 avril (UNHCR) L'entrepôt régional de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, situé à Dubaï, a reçu récemment trois millions de serviettes hygiéniques, une livraison inhabituelle.

Cette initiative du bureau japonais de Procter & Gamble, le géant mondial des biens de consommation, est arrivée au bon moment. Du fait de contraintes budgétaires, l'agence pour les réfugiés éprouve des difficultés à respecter un engagement pourtant essentiel, la fourniture de serviettes hygiéniques pour toutes les femmes et les jeunes filles relevant de sa compétence.

Les choses s'améliorent, mais la situation reste délicate. En 2004, la fourniture de serviettes hygiéniques a répondu à 18,9 pour cent seulement des besoins dans les camps de réfugiés mais en 2006, le chiffre atteignait 34,9 pour cent. L'UNHCR étant confronté à une pénurie de fonds, l'aide des partenaires du secteur privé est primordiale.

Les serviettes hygiéniques ne seraient probablement pas citées en tête de liste si on demandait à quiconque d'identifier les besoins clés des femmes réfugiées et déplacées dans le monde. Ce serait plutôt les abris, la nourriture, l'eau ou la sécurité auxquels on penserait d'abord.

Cependant le manque de produits hygiéniques empêche l'UNHCR de remplir pleinement son mandat de protection en faveur des femmes, car elles ne peuvent participer à plein temps à l'éducation, au travail ou aux programmes et aux activités basées sur la communauté qui sont organisées pour les aider à gagner l'autonomie. Ce problème est majeur quant à la dignité et la santé.

Le don de Procter & Gamble aidera à améliorer la vie de dizaines de milliers de femmes l'année prochaine. La moitié de la livraison est destinée pour des camps au Rwanda, alors que l'UNHCR en enverra une autre partie pour les réfugiées iraquiennes en Jordanie et en Syrie, qui accueillent plus de deux millions d'Iraquiens qui ont fui leur pays.

Olivier Delarue, responsable des relations avec le secteur privé pour l'UNHCR, a indiqué qu'avec ces stocks de serviettes hygiéniques provenant de ce don, « la vie de ces femmes et de ces jeunes filles serait améliorée grâce à l'utilisation de produits d'hygiène féminine. »

Cet impact positif induit plus spécifiquement une bonne santé et une meilleure qualité de vie, grâce à l'accès à l'éducation. Le manque de produits d'hygiène de base peut en effet empêcher la scolarisation des adolescentes réfugiées.

« De nombreuses jeunes filles ne vont pas à l'école durant la semaine où elles ont leurs règles », a expliqué une réfugiée en Ouganda, âgée de 15 ans, ajoutant que ces élèves prennent souvent du retard en classe et « qu'elles rencontrent ensuite des problèmes lors des examens. Parfois, elles ratent les examens. » L'expérience a montré, en Ouganda, que certaines jeunes filles abandonnent l'école.

Les choses peuvent parfois être pires. Une réfugiée âgée de 30 ans au Rwanda a indiqué qu'un manque de serviettes hygiéniques pouvait « entraîner de graves problèmes, incluant l'absentéisme à l'école et [de ce fait] la prostitution » à cause de l'absence d'une source de revenus. La fourniture de serviettes hygiéniques est donc un moyen pour maintenir les jeunes filles à l'école et, de ce fait, pour les aider à s'autonomiser.

Par Carla Thachuk Dawn à Genève

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Exode de réfugiés congolais vers le Rwanda

Pendant la première décade de mai 2012, plus de 6500 réfugiés sont arrivés au Rwanda en provenance de la République démocratique du Congo (RDC), fuyant les combats entre l'armée congolaise et des troupes en rébellion. En coopération avec divers partenaires de Nations Unies et avec les autorités rwandaises, le HCR s'est employé à fournir à ces réfugiés une aide humanitaire dès le début de la crise, et aussi à trouver une solution au problème dans l'attente d'un retour sûr.

Certains des réfugiés ont marché des jours pour rejoindre Goma-Gisenyi, une ville à cheval sur la frontière et point de passage entre la RDC et le Rwanda, en emportant quelques maigres effets - matelas, vêtements et peut-être un ou deux jouets pour les enfants. Les photos présentées ici ont été prises à la frontière ainsi qu'au centre de transit de Nkamira, situé à 22 kilomètres de là en territoire rwandais. Les possibilités d'accueil de ce centre sont médiocres : 5400 personnes seulement peuvent y trouver place, de surcroît dans des abris de fortune. Cependant, la population y croît sans cesse à mesure que de nouveaux réfugiés franchissent chaque jour la frontière.

Exode de réfugiés congolais vers le Rwanda

Kigémé : Pour les réfugiés congolais, un lieu d'accueil façonné dans les collines

Au Rwanda, le camp de réfugiés de Kigémé, dans la Province du sud, a dû être rouvert en juin 2012. En effet, depuis la fin avril, des milliers de civils congolais ont franchi la frontière pour échapper aux affrontements armés opposant les forces gouvernementales de la République démocratique du Congo (RDC) aux rebelles du mouvement M23. Implanté le long d'une colline préalablement terrassée, le camp accueille actuellement une population de plus de 14 000 réfugiés. Il n'a pas subi de contrecoup notable après les récents combats dans l'est de la RDC, lors desquels le M23 s'est emparé de Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu, avant de s'en retirer. Tandis que la plupart des réfugiés adultes habitant le camp appellent de leurs voeux une paix durable dans leur région, les jeunes désirent quant à eux poursuivre leur scolarité. Par centaines, ils suivent donc des cours de rattrapage en vue d'intégrer le système rwandais d'instruction primaire et secondaire, ce qui exige d'apprendre des langues qu'ils ne parlent pas. Dans un camp où plus de 60% de la population est âgée de moins de 18 ans, cet enseignement aide des enfants traumatisés à aller de l'avant, à s'instruire et à nouer des amitiés.

Kigémé : Pour les réfugiés congolais, un lieu d'accueil façonné dans les collines

Trouver une occupation dans le camp de Kibiza au Rwanda

Le camp de Kibiza a été ouvert en décembre 1996, après le début de la guerre en République démocratique du Congo voisine. Cette installation avait alors été construite pour faire face à l'afflux de dizaine de milliers de réfugiés congolais. La plupart des réfugiés sont entre temps rentrés chez eux dans l'est de la RDC sauf environ 16 000 d'entre eux qui sont restés dans ce camp isolé, situé sur une colline à l'ouest du Rwanda. L'éruption de violence, l'année dernière dans la province du Nord-Kivu en RDC, n'a pas affecté ce camp car les nouveaux arrivants ont été installés au camp de Kigémé qui a été rouvert au sud du Rwanda. La plupart des réfugiés de Kiziba ont déclaré ne pas vouloir rentrer mais les perspectives d'intégration locale sont limitées en raison du manque de terrains et des possibilités limitées en matière d'emploi. Pendant ce temps, les résidents de ce camp font leur possible pour mener une vie normale, suivent des formations et tiennent de petits commerces afin de devenir autosuffisants. Pour les jeunes, pouvoir faire du sport et recevoir une éducation est très important pour assurer qu'ils ne soient pas attirés par des influences négatives ainsi que pour maintenir leur moral et leur confiance en l'avenir.

Trouver une occupation dans le camp de Kibiza au Rwanda