Dubaï finance des programmes pour les jeunes réfugiés

Articles d'actualité, 31 mars 2008

© et avec l'aimable autorisation de Son Altesse la Princesse Royale Haya Bint Al Hussein
La Princesse Haya Bint Al Hussein et le Président de Cartier International Bernard Fornas remettent un chèque à Ahmed Gurbartalla.

DUBAI, Emirats arabes unis, 31 mars (UNHCR) Une campagne annuelle de charité soutenue par les souverains de Dubaï a alloué 570 000 dirhams (155 000 dollars) à l'agence des Nations Unies pour les réfugiés pour financer des programmes qu'elle gère dans les domaines du sport et de la sensibilisation aux spécificités de chaque sexe.

La Princesse Haya Bint Al Hussein, épouse du Premier Ministre des Emirats arabes unis (EAU) Sheikh Mohammed Bin Rashid Al Maktoum, et Bernard Fornas, Président de Cartier International, ont remis un chèque au délégué régional de l'UNHCR Ahmed Gurbartalla vendredi dernier durant le Polo Challenge Cartier International 2008 de Dubaï.

Les fonds ont été collectés dans le cadre de la campagne Love Charity de Cartier. La Princesse Haya, qui patronne cette campagne de charité, a choisi d'allouer des fonds à l'UNHCR pour l'année 2008.

« Cette somme allouée par Cartier permettra de financer des projets dans le cadre du partenariat actuel entre le Comité olympique [CIO] et l'UNHCR pour que les jeunes réfugiés pratiquent des activités sportives », a indiqué Ahmed Gurbartalla. Il a remercié la Princesse Haya et Cartier pour leur générosité.

Le financement sera probablement utilisé pour des projets menés dans le camp de Dadaab, situé au nord-est du Kenya et accueillant 184 000 réfugiés, principalement des Somaliens. Ces projets incluent notamment des sessions de formation interactive combinant l'enseignement d'un sport avec des sessions de sensibilisation sur la violence dirigée contre les femmes.

La Princesse Haya, dont l'époux est aussi Vice-président des Emirats arabes unis et dirigeant de Dubaï, est par ailleurs membre du comité consultatif de l'initiative de l'UNHCR « Women Leading for Livelihoods ». Dans le passé, elle avait organisé le financement de projets de l'UNHCR bénéficiant aux femmes et aux enfants réfugiés.

Par Firas Kayal à Dubaï, Emirats arabes unis

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Jeunes réfugiés

Ils ont connu des atrocités que nous ne pouvons imaginer, survécuà des traumatismes que la plupart des autres enfants n'auront jamais à connaître. Désorientés, déchirés entre leur fardeau d'adulte et leur innocence perdue, les jeunes réfugiés continuent partout dans le monde d'affronter l'avenir avec espoir et courage.

En 2003, l'UNHCR dédiait la Journée mondiale du réfugié aux jeunes réfugiés, pour attirer l'attention sur leur sort et rendre hommage à leur force et à leur potentiel, pour leur donner envie de s'aider et d'aider leurs communautés.

Dans cette série vous verrez des jeunes courageux, prêts à surmonter tous les revers. De la gaieté, de la tristesse, du sport, des projets et de l'amour et toujours une soif d'apprendre et une volonté farouche de s'en sortir, par l'éducation et la persévérance. En Bosnie comme en Érythrée, en Colombie comme à Kaboul, ces visages parfois désespérés, parfois pleins d'enthousiasme nous font vivre le quotidien des jeunes réfugiés à travers le monde.

Jeunes réfugiés

Trouver une occupation dans le camp de Kibiza au Rwanda

Le camp de Kibiza a été ouvert en décembre 1996, après le début de la guerre en République démocratique du Congo voisine. Cette installation avait alors été construite pour faire face à l'afflux de dizaine de milliers de réfugiés congolais. La plupart des réfugiés sont entre temps rentrés chez eux dans l'est de la RDC sauf environ 16 000 d'entre eux qui sont restés dans ce camp isolé, situé sur une colline à l'ouest du Rwanda. L'éruption de violence, l'année dernière dans la province du Nord-Kivu en RDC, n'a pas affecté ce camp car les nouveaux arrivants ont été installés au camp de Kigémé qui a été rouvert au sud du Rwanda. La plupart des réfugiés de Kiziba ont déclaré ne pas vouloir rentrer mais les perspectives d'intégration locale sont limitées en raison du manque de terrains et des possibilités limitées en matière d'emploi. Pendant ce temps, les résidents de ce camp font leur possible pour mener une vie normale, suivent des formations et tiennent de petits commerces afin de devenir autosuffisants. Pour les jeunes, pouvoir faire du sport et recevoir une éducation est très important pour assurer qu'ils ne soient pas attirés par des influences négatives ainsi que pour maintenir leur moral et leur confiance en l'avenir.

Trouver une occupation dans le camp de Kibiza au Rwanda