Le HCR inaugure un nouveau centre administratif en Hongrie

Articles d'actualité, 29 février 2008

© HCR/A.Szobolits
Le Haut Commissaire António Guterres et la Ministre Kinga Göncz coupent le ruban, lors de l'inauguration du nouveau centre administratif de l'UNHCR à Budapest.

BUDAPEST, Hongrie, 29 février (UNHCR) António Guterres, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, et Kinga Göncz, Ministre hongroise des Affaires étrangères, ont présidé, vendredi à Budapest, l'inauguration d'un nouveau centre de services administratifs globaux de l'UNHCR.

Les employés de ce centre, situé au cœur de Budapest, vont désormais prendre en charge des fonctions administratives auparavant gérées au siège de l'organisation à Genève, notamment dans les domaines de la finance, de la gestion du personnel, du recrutement, des affectations et des achats.

Il y a deux ans, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, avec le soutien des pays donateurs, a décidé de transférer, hors de son siège situé à Genève, certaines fonctions administratives dans le cadre des réformes visant à rationaliser et à réduire les coûts de gestion. Plusieurs villes à travers le monde avaient été initialement envisagées, et c'est finalement Budapest qui l'a remporté après l'offre par le gouvernement de locaux modernes et meublés, à titre gracieux.

« Notre choix s'est porté sur la ville de Budapest, non seulement pour les magnifiques locaux, mais aussi pour la qualification des employés », a indiqué António Guterres, qui a remercié le gouvernement pour sa générosité. « Quelque 95 pour cent des employés recrutés en Hongrie sont titulaires d'un ou de plusieurs diplômes d'université », a ajouté le Haut Commissaire, après l'inauguration du bâtiment et la signature d'un accord sur le centre de services administratifs globaux avec le Ministre des affaires étrangères hongrois.

Kinga Göncz a indiqué que son gouvernement était très honoré d'accueillir une organisation si importante. Elle a remercié l'UNHCR pour les liens historiques et chargés d'émotion unissant l'organisation avec la Hongrie. L'UNHCR avait mené sa première opération d'envergure durant le soulèvement hongrois en 1956.

« Nous sommes attachés à l'organisation qui avait assuré tant de soins et d'assistance et qui avait donné tant d'amour aux Hongrois alors forcés de fuir leur pays », a-t-elle dit.

Actuellement, 170 personnes travaillent au centre administratif de Budapest, notamment 102 employés recrutés localement, dont 75 pour cent sont des Hongrois. La nouvelle équipe est multilingue et elle a un niveau d'éducation élevé.

La préparation du bâtiment a duré huit mois, avant sa mise en route opérationnelle en janvier quand les services de Genève ont été transférés à Budapest. Non seulement l'UNHCR utilise gracieusement le bâtiment, mais aussi le gouvernement en paiera les coûts d'entretien.

Durant son bref séjour à Budapest, António Guterres a aussi rencontré le Président hongrois László Sólyom ainsi que le Ministre de la justice et de la police Tibor Draskovics, qui est chargé des questions de l'asile.

Les effectifs du centre devraient être complets à la fin du mois de mai 2008. Les nouveaux employés sont actuellement formés, alors que le nouveau centre répond aux besoins de plus de 6 300 employés de l'UNHCR, répartis dans plus de 110 pays à travers le monde.

Par Melita H. Sunjic à Budapest, Hongrie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Le Haut Commissaire

M. António Guterres a rejoint, le 15 juin 2005, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, dont il est le 10ème Haut Commissaire.

Hongrie 50e anniversaire : l'insurrection hongroise de 1956

L'insurrection hongroise spontanée a commencé le 23 octobre 1956. Deux semaines plus tard, elle fut réprimée par une intervention militaire soviétique, qui provoqua une vague de réfugiés en Autriche et en Yougoslavie. Début 1957, ils étaient au nombre de 200 000, dont 180 000 en Autriche et 20 000 en Yougoslavie.

Des centaines de bénévoles travaillèrent au sein d'organisations humanitaires locales et internationales pour nourrir et héberger les réfugiés, tandis que les Autrichiens et la communauté internationale mettaient en place une opération de secours sans précédant.

L'UNHCR se retrouva coordinateur général, et en collaboration avec la Croix-Rouge et le Comité intergouvernemental pour les migrations européennes (CIME), a aidé à coordonner les opérations de secours et de protection, ainsi qu'un programme de réinstallation sans précédent.

En deux ans, plus de 180 000 Hongrois avaient été réinstallés dans 37 pays, à travers cinq continents. Les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, l'Allemagne de l'Ouest, l'Australie, la Suisse, la France, la Suède et la Belgique accueillirent chacun plus de 5 000 réfugiés. L'Italie, les Pays-Bas, Israël, le Brésil, la Norvège, le Danemark, l'Afrique du Sud, la Nouvelle-Zélande et l'Argentine en acceptèrent tous plus de 1 000. Le restant fut envoyé dans 19 pays, allant de la République dominicaine à la Turquie. Certains Hongrois se sont intégrés en Autriche (8 000) et en Yougoslavie (700), tandis que 11 000 rentrèrent chez eux de manière spontanée.

Hongrie 50e anniversaire : l'insurrection hongroise de 1956

Hongrie 50e anniversaire : la vie des réfugiés hongrois

Les 200 000 Hongrois ayant fui leur pays après la répression de l'insurrection de 1956 ont formé le plus grand groupe de réfugiés en Europe depuis la Deuxième Guerre mondiale. Dans le monde entier, des dizaines de pays leur ont offert la réinstallation et une nouvelle maison. Cependant, quelque 8 000 d'entre eux sont restés en Autriche et s'y sont intégrés.

Une petite proportion de réfugiés a pu être hébergée dans des hôtels ou des appartements privés, cependant la grande majorité a d'abord été accueillie dans des camps. Ceux-ci étaient constitués en majorité d'anciens baraquements en bois. La vie dans certains de ces camps était difficile, notamment l'hiver, avec une mauvaise isolation contre le froid et des équipements sanitaires situés en plein air.

Peu à peu, les réfugiés qui n'ont pas été réinstallés ont commencé à mener une vie plus « normale ». Les enfants ont été scolarisés et ont rapidement appris l'allemand, alors que les adultes ont trouvé assez vite du travail grâce au développement économique autrichien.

Avec l'aide d'un financement important de l'UNHCR, les autorités autrichiennes ont mené pour les réfugiés un programme de fermeture des camps, de construction d'appartements et même de lotissements entiers de nouvelles maisons. Pendant un temps, l'UNHCR a été le second plus grand constructeur en Autriche.

Hongrie 50e anniversaire : la vie des réfugiés hongrois

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Le 1er août, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres s'est rendu au nord du Burkina Faso avec Anne C. Richard, la Secrétaire d'Etat américaine adjointe à la Population, aux Réfugiés et à la Migration (BRPM). Au camp de Damba, ils ont rencontré des réfugiés maliens qui ont fui le Mali au cours des six derniers mois pour échapper à la poursuite du conflit et à l'instabilité politique. A ce jour, plus de 250 000 réfugiés maliens ont fui leurs maisons et trouvé refuge dans l'un des pays de la région, y compris 250 000 réfugiés maliens au Burkina Faso. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a reçu seulement un tiers de l'appel de fonds de 153 millions de dollars dont elle a besoin pour fournir une aide vitale y compris des abris, de l'eau, des installations sanitaires, des soins de santé, des vivres et une protection aux réfugiés. Le HCR craint que la situation politique instable et l'urgence humanitaire au Mali ne génèrent d'autres afflux vers les pays voisins. colombienne.

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

HCR Genève : Crise aigue Play video

HCR Genève : Crise aigue

En conclusion de la session annuelle de l'organe directeur du HCR, le Haut Commissaire António Guterres a souligné le nombre sans précédent de crises aigues auxquelles le HCR doit faire face.
Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syriennePlay video

Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syrienne

L'Emissaire spéciale du HCR Angelina Jolie et le chef de l'agence pour les réfugiés António Guterres rencontrent des réfugiés syriens en Jordanie et écoutent leurs témoignages déchirants.
Equateur : Visite d'António GuterresPlay video

Equateur : Visite d'António Guterres

Le chef du HCR António Guterres se rend en Equateur avant la Journée mondiale du réfugié et rend hommage à ce pays pour l'accueil qu'il réserve aux réfugiés.