Des clowns pour aider les enfants réfugiés iraquiens à surmonter leurs traumatismes

Articles d'actualité, 27 décembre 2007

© Payasos Sin Fronteras /Pere Masramon
Nez rouges et frasques diverses font surgir le rire et la joie dans le regard de ces enfants iraquiens réfugiés à Damas.

DAMAS, Syrie, 27 décembre (UNHCR) Nez rouges et frasques en tous genres ont fait leur apparition dans les centres de l'UNHCR à Damas, faisant jaillir le rire et la joie parmi les jeunes Iraquiens, qui souffrent du traumatisme de la vie de réfugié.

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés avait découvert les bienfaits des clowns lorsqu'une troupe locale, engagée à l'occasion de la Journée mondiale du réfugié (le 20 juin), avait organisé une représentation dans une salle d'attente du principal centre d'enregistrement de l'UNHCR à Damas, dans un climat tendu et triste. Les employés de l'UNHCR avaient remarqué que les enfants étaient plus détendus pendant les rendez-vous organisés pour procéder à leur enregistrement.

Trois personnes se sont présentées lorsque l'UNHCR a fait savoir qu'il recherchait des clowns iraquiens afin de donner, de manière régulière, un spectacle dans le centre d'enregistrement, dans le cadre de la campagne « Retour à l'école », destinée aux enfants iraquiens réfugiés. Ils sont ainsi devenus les premiers volontaires de vulgarisation de l'UNHCR auprès de la communauté iraquienne.

L'UNHCR a demandé au groupe international indépendant, Clowns Sans Frontières, de passer en revue le premier spectacle, qui visait à informer les parents et les enfants du droit d'aller à l'école dont bénéficient tous les enfants iraquiens. Clowns Sans Frontières est revenu en novembre afin de poursuivre la formation des clowns, et de soutenir l'utilisation de la thérapie par le rire, par le personnel de l'UNHCR, du Croissant-Rouge arabe syrien et de l'UNICEF.

« Nous savons qu'un réfugié sur cinq qui s'enregistrent auprès de l'UNHCR a été victime de violences ou de tortures en Iraq », indique Laurens Jolles, délégué de l'UNHCR à Damas. « Cela signifie que de nombreuses familles, en particulier des enfants, sont traumatisées quand elles arrivent chez nous. Les clowns offrent une occasion rare aux parents et aux enfants de sourire lors de l'enregistrement auprès de l'UNHCR, qui serait sinon une expérience très pénible. »

Dans le centre communautaire de Seida Zeinab, l'une des zones de Damas les plus fréquentées par les réfugiés iraquiens, une foule d'enfants éclate de rire tandis que les deux clowns s'arrosent à tour de rôle et font surgir des fleurs de leurs ballons.

« C'était très beau », a raconté Rodeen, un sourire radieux éclairant son visage pendant le spectacle. Après la représentation, la jeune Iraquienne est retournée à sa place, pour se cacher derrière les jambes de sa tante.

Pour ces trois clowns iraquiens, qui appartiennent au Happy Family Group, une troupe multi ethnique et multi confessionnelle basée à Bagdad, le principal objectif consiste à faire rire les enfants. Ses membres sont maintenant dispersés dans tous les pays de la région, où ils vivent en tant que réfugiés. Un de leurs collègues a été tué en Iraq.

« Nous faisons cela pour rendre les enfants heureux et faire disparaître leurs larmes et le souvenir des bombes et des jours difficiles », a expliqué Eidi, l'un des clowns. « Nous voulons aussi expliquer aux enfants l'importance de l'école. »

Les clowns organisent un spectacle par jour au centre d'enregistrement de l'UNHCR. Puis ils passent quelques heures pour aider les membres de l'UNICEF et du Croissant-Rouge arabe syrien qui font fonctionner l'espace réservé aux enfants dans le centre. Plusieurs fois par semaine, ils jouent dans des centres communautaires, où ils offrent à de nombreuses familles réfugiées une rare occasion de se divertir. Cela aide aussi à faire venir les familles au centre, pour qu'elles puissent s'informer sur les autres services offerts par l'UNHCR.

La responsable de Clowns Sans Frontières, Christina Aguirre, a passé du temps pour apprendre à connaître les enfants iraquiens et ainsi aider les clowns à créer leur spectacle. Après une représentation au centre communautaire de Seida Zeinab, elle est partie avec les clowns iraquiens à la rencontre des enfants qui mendient ou vendent dans la rue, pour gagner quelques sous supplémentaires pour leurs familles.

« Je dois travailler », explique Ali, âgé de 14 ans, qui tient un petit stand couvert de confitures. « Nous avons besoin d'argent pour vivre. » Son éducation devra attendre, soupire-t-il, quand on lui demande s'il va à l'école.

« Quand vous voyez un enfant iraquien ici dans la rue, tout ce que vous voyez, ce sont de nombreux problèmes et pas de bonheur », a dit Christina Aguirre. « Mais quand nous mettons nos nez rouges et que nous jouons avec eux, ils oublient leurs problèmes durant un moment. »

Par Sybella Wilkes à Damas, Syrie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

Un visage parmi un million d'autres : les difficultés des réfugiés syriens au Liban

Ils sont partout au Liban - un million de réfugiés syriens, dans un pays de 4,8 millions d'habitants. Il n'y a pas de camps de réfugiés au Liban. La plupart des réfugiés louent des appartements, tandis que les autres vivent dans des abris de fortune, des garages, des usines et des prisons. Trois ans après le début de la crise en Syrie, le Liban est devenu le pays au monde hébergeant la plus forte densité de réfugiés par habitant. Le Liban tente de faire face. Le montant des loyers a grimpé en flèche, les logements se font rares ; le prix des denrées augmente. Pendant ce temps, une génération pourrait être sacrifiée. La moitié des réfugiés syriens sont des enfants ; la plupart ne vont pas à l'école. Beaucoup travaillent pour aider leurs familles à survivre. Certains se marient jeunes, d'autres mendient pour gagner un peu d'argent. Pourtant, ils ont tous les mêmes rêves d'éducation.

Dans la ville de Tripoli, au nord du Liban, beaucoup de Syriens vivent dans le district d'Al Tanak, surnommé « Tin City » (« ville de tôle »). Longtemps habité par les populations pauvres de la ville, ce quartier est désormais une banlieue surréaliste - des tas d'ordures d'un côté, une grande roue de l'autre. Les habitants cohabitent avec les rats. « Ils sont gros comme des chats », déclare l'un d'eux. « Ils n'ont pas peur de nous, c'est nous qui avons peur d'eux ».

La photo-journaliste plusieurs fois primée, Lynsey Addario, a visité la « ville de tôle » et d'autres régions du Liban avec le HCR pour montrer les visages et faire connaître les souffrances des Syriens dans le monde. A travers ses publications dans le New York Times et National Geographic, Lynsey Addario a mis en lumière les victimes des conflits et les violations des droits dans le monde, en particulier les femmes.

Un visage parmi un million d'autres : les difficultés des réfugiés syriens au Liban

Troisième anniversaire de la crise en Syrie: un enfant du conflit

Achraf est né le jour même où le conflit a commencé en Syrie : le 15 mars 2011. C'est le septième enfant d'une famille de Homs. Une semaine après sa naissance, le conflit a atteint son quartier. Pendant des mois, sa famille est restée quasiment recluse à la maison. Certains jours, les bombardements étaient sans interruption, d'autres jours un calme inquiétant régnait. Ces jours-là, la maman d'Achraf se précipitait avec lui dans la clinique locale pour les vaccins et les contrôles.

Quand Achraf avait environ 18 mois, sa tante, son oncle et son cousin ont été assassinés - la gorge tranchée - alors que le garçon dormait à côté dans la maison de sa famille. Terrifiée et craignant d'être les prochains, la famille d'Achraf s'est entassée dans leur voiture, emportant quelques effets précieux, et est partie vers la frontière.

Ils ont abandonné leur maison, construite par le père et l'oncle d'Achraf. Au bout de quelques jours, la maison a été pillée et détruite. Le photographe Andrew McConnell a rendu visite à la famille dans leur nouveau foyer dans la plaine de la Bekaa, au Liban, également construit par le père et l'oncle d'Achraf. Situé au bord d'un champ de boue, c'est un patchwork de bâches en plastique, de toile et de ferraille. Le sol est couvert de couvertures et de matelas fournis par le HCR. Ils font désormais face à de nouveaux défis comme la lutte quotidienne pour que les enfants soient au chaud, au sec et protégés contre les rats. Achraf sursaute toujours quand il entend des bruits soudains et forts, mais le médecin a expliqué à sa mère que le garçon s'y habituerait.

Troisième anniversaire de la crise en Syrie: un enfant du conflit

Forcé de grandir trop vite au Liban : Mahmoud

Mahmoud est âgé de 15 ans et il ne va plus à l'école depuis trois ans. Dans sa Syrie natale, ses parents avaient peur de l'envoyer à l'école à cause de la guerre civile. Ils ont fini par fuir il y a un an lorsqu'un matin, très tôt, une bombe est tombée sur une maison du voisinage. La famille, encore engourdie après avoir été réveillée aussi brutalement, a préparé quelques affaires et a fui vers le Liban. Depuis, leur maison et l'école locale ont été détruites.

Au Liban, le père de Mahmoud ne trouve pas de travail et la famille peut désormais à peine payer le loyer.

Il y a un mois, Mahmoud a commencé à travailler à la commission, il s'occupe de vider des poissons dans une petite boutique non loin de chez lui. Il gagne environ 60 dollars par mois. Avec cet argent, il aide à payer le loyer de la pièce unique souterraine de sa famille, qu'il partage avec ses parents et ses huit frères et soeurs. Mahmoud est fier d'aider sa famille. Toutefois, le magasin de poissons étant situé dans la même structure souterraine que sa maison, il voit à peine le soleil.

Des enfants comme Mahmoud, dont certains âgés de sept ans seulement, travaillent de longues heures pour un maigre salaire, parfois dans des conditions dangereuses. Ces enfants mettent en péril leur avenir en manquant l'école et en perdant les années d'insouciance de l'enfance. Beaucoup sont également traumatisés par ce qu'ils ont vu en Syrie.

Le HCR et ses partenaires, conjointement avec les autorités locales, fournissent des allocations d'aide financière pour aider des familles vulnérables de réfugiés syriens à couvrir des dépenses courantes, comme le loyer et les soins médicaux. Cette aide leur permet de moins retirer les enfants de l'école pour les faire travailler. Les agences des Nations Unies et leurs partenaires ont également mis en place des systèmes de gestion et d'orientation en Jordanie et au Liban pour identifier les enfants à risque et les orienter vers des services appropriés.

Forcé de grandir trop vite au Liban : Mahmoud

Angelina Jolie en mission à BagdadPlay video

Angelina Jolie en mission à Bagdad

Durant sa récente mission au Moyen-Orient, l'Emissaire du HCR Angelina Jolie a rencontré des déplacés et des rapatriés iraquiens à Bagdad.
Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syriennePlay video

Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syrienne

L'Emissaire spéciale du HCR Angelina Jolie et le chef de l'agence pour les réfugiés António Guterres rencontrent des réfugiés syriens en Jordanie et écoutent leurs témoignages déchirants.
Iraq : La dure réalitéPlay video

Iraq : La dure réalité

On compte plus de 350 installations de déplacés internes en Iraq. Les conditions de vie sont désastreuses dans la plupart d'entre elles.