Lahore, la capitale culturelle du Pakistan, est une ville propre

Articles d'actualité, 4 octobre 2007

© HCR/B.Baloch
Ces jeunes chiffonniers afghans sur leur charrette contribuent à faire de Lahore une ville propre et verte.

LAHORE, Pakistan, 3 octobre (UNHCR) Elle est connue comme la capitale culturelle du Pakistan, on y admire son architecture moghole, ses sanctuaires soufis, ses musées et ses parcs, et chaque année la ville accueille un festival de cerfs-volants qui attire des milliers de visiteurs. Mais si l'on détourne son attention des trésors de Lahore, on remarque les conséquences de toute expansion urbaine : des ordures en abondance.

Ramasser les ordures est un travail dégradant, mais il faut bien que quelqu'un le fasse. Dans la banlieue de la capitale du Punjab, au nord-est du Pakistan, des centaines de familles afghanes gagnent leur vie en recyclant ce que les autres personnes jettent.

Les hommes passent la ville au peigne fin à la recherche d'ordures, qu'ils empilent dans des charrettes tirées par des ânes et ramènent à la maison un bidonville désigné par le gouvernement comme une décharge et connu sous le nom de Saglian Pull. Les épouses et les enfants trient la collecte du jour et en font des piles de sacs en plastique, de papier, de chaussures et de bandes de tissus.

« Quelqu'un nous a dit qu'ici, il y avait beaucoup d'opportunités de travail, c'est pour cela que nous sommes venus », dit Kajir Khan, dont la famille de 22 personnes a fui le régime des Talibans, après que leur maison ait été brûlée à Mazar-i-Sharif, au nord de l'Afghanistan, il y a dix ans.

« Mais le ramassage des ordures couvre difficilement nos dépenses. Nous gagnons à peine de quoi manger. Nous sommes payés 80 roupies (1,33 dollars) pour 100 kilos d'ordures, mais c'est dur d'en collecter autant en un seul jour. Les Pakistanais sont bien mieux payés pour faire le même travail », se plaint Kajir Khan.

Ici, peu d'enfants peuvent se permettre d'aller à l'école ; ils courent donc pieds nus dans le bidonville boueux, le visage souillé. « Ce sont des enfants si beaux », dit Bibi Gul, en essuyant le nez de sa petite fille, pour en éloigner les mouches. « Malheureusement, je ne peux même pas consacrer 10 roupies pour acheter du savon et leur laver le visage. »

Cette veuve a perdu deux fils dans la guerre en Afghanistan. Les trois autres qui lui restent travaillent au ramassage de sacs en plastique, tandis qu'elle complète le revenu familial en fabriquant des ceintures colorées, qu'elle vend 10 roupies pièce.

Dans un autre bâtiment, de la musique pakistanaise retentit d'une radio de la communauté. Un groupe d'hommes assis en cercle est en train de déchirer des chaussures avec des tenailles. Ils empilent les semelles pour en faire fondre le caoutchouc et le vendre ensuite aux cordonniers pour 15 roupies le kilo. Dans les environs, une usine de recyclage d'ordures émet des fumées qui causent des problèmes respiratoires à la communauté.

« Aucun Pakistanais ne veut vivre ici, dans ces conditions c'est sale, il n'y a pas d'électricité, pas beaucoup d'eau courante », dit Mariam, 23 ans, qui est arrivée de Kunduz, au nord de l'Afghanistan, en 1987 avec sa famille. Son mari gagne entre 3 000 et 4 000 roupies par mois en ramassant les ordures, mais le loyer coûte 7 500 roupies, donc ils sont obligés de partager leur logement avec quatre autres familles.

« Personne ne veut vivre comme un citoyen de deuxième classe. Nous aimons notre pays, mais nous connaissons la situation là-bas. Si nous rentrons en Afghanistan, nous ne gagnerons pas un seul centime. Donnez-nous des garanties financières et sécuritaires, et alors nous rentrerons », ajoute-t-elle.

« Nous avons une dette de 100 000 roupies, comment pourrions-nous envisager de rentrer chez nous ? » dit Kajir Khan.

Le Gouvernement pakistanais a enregistré au début de cette année 2,15 millions d'Afghans à travers le pays, dont plus de 200 000 Afghans dans la province du Punjab. Tous les Afghans âgés de plus de cinq ans enregistrés lors de cet exercice ont reçu une carte, valable jusqu'à décembre 2009, les reconnaissant comme des citoyens afghans, vivant provisoirement au Pakistan. Les Afghans enregistrés souhaitant être rapatriés reçoivent une aide financière de 100 dollars par personne en moyenne, afin de les assister lors de leur réintégration initiale en Afghanistan.

Sur les 340 000 Afghans qui étaient au Pakistan et qui sont rentrés chez eux cette année avec l'assistance de l'UNHCR, quelque 7 000 d'entre eux venaient des régions du Punjab et d'Islamabad.

Par Vivian Tan à Lahore, Pakistan

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Réfugiés afghans en Iran

À l'issue d'une conférence qui s'est tenue récemment à Genève, la communauté internationale a donné son approbation à une stratégie d'ensemble visant à résoudre le problème des milliers de réfugiés afghans et de ceux qui rentrent en Afghanistan après des années d'exil. Les mesures correspondantes, élaborées de concert entre l'Afghanistan, l'Iran, le Pakistan et le HCR portent sur l'aide au rapatriement, la réintégration durable et l'appui aux pays hôtes.

Cette stratégie bénéficiera tant aux réfugiés devant être rapatriés en Afghanistan qu'aux trois millions de réfugiés afghans dont, notamment, un million se trouvent en Iran et 1,7 million, au Pakistan.

Un grand nombre de réfugiés afghans en Iran y vivent désormais depuis plus de 30 ans. Cette galerie de photos illustre la vie de ces exilés portés par l'espoir d'une solution durable à leur situation.

Réfugiés afghans en Iran

Rescapés des inondations au Pakistan

Le HCR intensifie ses efforts pour distribuer des tentes et d'autres biens de secours aux familles sans abri du fait des graves inondations survenues dans le sud du Pakistan en 2011. Début octobre, quelque 7 000 tentes familiales ont été fournies à une organisation humanitaire nationale qui établit de petits villages de tentes, dans la province de Sindh, au sud du pays. Par ailleurs, environ 7 000 kits d'urgence comprenant des fournitures de base ont été livrés. Si les pluies de mousson ayant causé les inondations ont cessé, de vastes étendues restent inondées et trouver des terrains secs où monter les tentes demeure un problème. Le HCR s'est engagé à fournir 70 000 tentes et kits d'urgence aux communautés affectées par les inondations.

Rescapés des inondations au Pakistan

Pakistan : Aide aux victimes des inondations

Des équipes du HCR distribuent des tentes et du matériel d'aide humanitaire aux familles déplacées par les graves inondations au Pakistan. Plus de cinq millions de personnes sont affectées par les inondations de cette année et, selon les estimations gouvernementales, le nombre de familles ayant besoin d'urgence d'un abri s'élève à plus de 200 000.

Au sud du pays, dans la province de Sindh, qui est particulièrement touchée, le HCR a déjà distribué 2 000 tentes et 2 000 kits contenant des jerrycans, des couvertures et des matelas ainsi que 4 000 bâches en plastique utilisées en tant qu'abri de base. De nombreuses familles déplacées par les inondations continuent à vivre dans des abris de fortune.

Pakistan : Aide aux victimes des inondations

Afghanistan : L'histoire de MiriamPlay video

Afghanistan : L'histoire de Miriam

Miriam a été réfugiée en Iran pendant six ans. Cette veuve et mère de famille est revenue dans son pays en 2002. Depuis, elle est une personne déplacée dans son propre pays. Sa situation est très précaire.
Angelina Jolie en AfghanistanPlay video

Angelina Jolie en Afghanistan

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie se rend en Afghanistan et appelle à faire davantage pour la réintégration des anciens réfugiés.
Pakistan: Un lieu chauffé pour l'hiverPlay video

Pakistan: Un lieu chauffé pour l'hiver

L'hiver approche dans le nord-ouest du Pakistan. Le HCR aide des milliers de sans-abri victimes des inondations à construire des logements.