L'écrivain Khaled Hosseini lance un appel pour un engagement de longue durée en faveur de l'Afghanistan

Articles d'actualité, 13 septembre 2007

© HCR/T.Irwin
Khaled Hosseini écoute des anciens des villages de la province de Baghlan lui parler des conditions de pauvreté dans lesquelles vit leur communauté.

KABOUL, Afghanistan, 13 septembre (UNHCR) Khaled Hosseini, auteur de livres à succès, s'est adressé à la communauté internationale pour lui demander de maintenir son engagement vis-à-vis de l'Afghanistan, et de laisser du temps au pays. Sans cela, son pays natal risque de revenir en arrière, ce qui aurait des conséquences désastreuses.

L'Envoyé de bonne volonté de l'UNHCR a quitté Kaboul jeudi après avoir rencontré des réfugiés rapatriés, pendant une visite de dix jours dans le nord de l'Afghanistan. A cette occasion, il a demandé à la communauté internationale de renforcer son engagement en Afghanistan, alors que le pays tente de se reconstruire après plus de 20 ans de conflits et de désordres.

« L'Afghanistan se trouve à la croisée des chemins. Il y a des signes de désillusion à la fois en Afghanistan et au sein de la communauté internationale. Mais un engagement à long terme est absolument crucial pour que le pays continue à aller dans la bonne direction », a déclaré Khaled Hosseini, qui est naturalisé américain, à la veille de son départ.

« L'Afghanistan a besoin de temps, de patience et d'efforts continus. Ce n'est pas le moment de laisser tomber, mais au contraire de rester pleinement engagés, pour que les développement positifs puissent être amplifiés et qu'ils produisent des résultats à long terme. »

C'était la première visite de Khaled Hosseini en Afghanistan depuis le succès international de son roman et best-seller, « Les cerfs-volants de Kaboul », en 2005. Son deuxième livre, « Mille soleils merveilleux », a été publié en début d'année et a également eu beaucoup de succès à travers le monde. Les deux romans se passent en Afghanistan et reflètent l'histoire du pays au cours des dernières 40 années.

Sa dernière visite remonte à 2003, moins de deux ans après la chute du régime des talibans, en 2001. Depuis, l'UNHCR a aidé plus de 4 millions de réfugiés à regagner leur foyer en Afghanistan ; cette dernière visite a donné l'opportunité à Khaled Hosseini de se rendre compte des difficultés auxquelles les rapatriés continuent à faire face.

Ce médecin diplômé, qui a quitté son pays en 1976 et vit maintenant en Californie, a visité des projets de l'UNHCR et a rencontré des rapatriés dans les provinces de Kunduz, Baghlan, Balkh, Parwan et Kaboul, dans le nord du pays.

A Darkhat, près de la capitale de la province de Baghlan, Pul-i-Khumri, Khaled Hosseini a écouté le cas d'un groupe de 24 familles qui ont acheté leur propre terre, et qui sont en train de reconstruire leur communauté après un quart de siècle de guerre. Ils font partie des centaines de communautés que l'UNHCR aide en fournissant des abris et du matériel de construction. A la fin de cette année, l'UNHCR aura fourni plus de 170 000 hébergements à des familles sans abri à travers le pays.

« Nous sommes en train de reconstruire nos vies, mais nous avons besoin d'aide », a dit un des anciens du village, en ajoutant : « Nous avons accès à l'eau potable dans un village qui se trouve au-delà de la rivière. A cause de cela, nous sommes souvent malades. Et si nous sommes malades, nous ne pouvons ni voir un médecin ni obtenir des médicaments. » Khaled Hosseini a déclaré que des communautés comme celle de Darkhat montraient qu'il fallait du temps et des efforts au pays pour que les rapatriés puissent bénéficier d'infrastructures et de services adéquats.

Dans la ville de Mazar-i-Sharif, dans le nord, Khaled Hosseini a aussi écouté les griefs des gens forcés à rentrer en Afghanistan suite à la fermeture des camps au Pakistan. « Au Pakistan, nous avions du travail, une maison et nos enfants allaient à l'école », raconte un habitant du village. « Regardez-nous maintenant. Si nous ne trouvons pas d'emplois, certains d'entre nous seront obligés de retourner en Iran ou au Pakistan. »

Khaled Hosseini a dit que, malgré des signes encourageants, les conditions dans lesquelles se trouvaient les réfugiés étaient bien plus difficiles que ce qu'il avait imaginé. « Bien sûr, il y a des signes de progrès, mais beaucoup de gens sont frustrés par la lenteur du changement et par les conditions de vie difficiles. Le manque de logements, de terres et d'emplois continuent d'être des problèmes majeurs. »

Après avoir visité un centre de transit de l'UNHCR à Kaboul, où les rapatriés reçoivent une formation pour les sensibiliser aux dangers des mines, ainsi qu'une aide médicale et une assistance financière, Khaled Hosseini s'est toutefois dit touché par l'espoir que ces personnes gardaient en l'avenir.

« Les Afghans sont par nature optimistes et plein de ressources, et ils continuent à croire que l'avenir leur réserve des choses meilleures », a déclaré Khaled Hosseini, qui s'est senti revigoré par leur attitude.

L'écrivain n'a pas pu se rendre dans le sud du pays ni dans certaines régions de l'est, où les conditions sont très dangereuses. Le manque de sécurité a un impact sur la capacité de l'UNHCR d'évaluer les nécessités et fournir une assistance à ceux qui en ont le plus besoin. Cette même raison provoque des déplacements secondaires et a empêché beaucoup de réfugiés de rentrer chez eux.

Khaled Hosseini était reconnaissant d'avoir pu voir par lui-même l'une des opérations les plus importantes et complexes menées par l'UNHCR. Cette année, près de 300 000 réfugiés afghans sont rentrés chez eux depuis le Pakistan. Plus de 900 000 se trouvent encore en Iran et 2 millions au Pakistan.

« Mes livres m'ont apporté un succès personnel. J'espère que je pourrai utiliser cette opportunité pour garder l'Afghanistan dans la conscience publique et pour sensibiliser l'opinion au sujet de personnes qui sont parmi les plus vulnérables aujourd'hui en Afghanistan », a déclaré Khaled Hosseini.

Par Maryann Maguire à Kaboul, Afghanistan

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

L'envoyé de bonne volonté de l'UNHCR Khaled Hosseini en visite en Afghanistan

L'envoyé de bonne volonté de l'UNHCR Khaled Hosseini s'est rendu en Afghanistan début septembre, pour se rendre compte de l'envergure et de la complexité de l'une des plus grosses opérations de l'UNHCR. Pendant 10 jours, l'écrivain célèbre a passé en revue des projets de l'UNHCR et a rencontré des rapatriés dans les provinces du nord de Kunduz, Baghlan, Balkh, Parwan et Kaboul. Khaled Hosseini, lui-même ancien réfugié afghan, maintenant installé aux Etats-Unis, a noté qu'il faudrait encore du temps et du travail pour que l'Afghanistan puisse offrir aux rapatriés des infrastructures et des services adéquats. Il a exhorté la communauté internationale à poursuivre son engagement envers l'Afghanistan, en lui donnant le temps nécessaire pour la reconstruction.

Khaled Hosseini n'a pas pu se rendre dans le sud et dans certaines régions de l'est, où l'insécurité ralentit le travail de l'UNHCR pour évaluer les besoins et pour fournir une assistance à ceux qui en ont le plus besoin. Depuis 2003, l'UNHCR a aidé plus de quatre millions de réfugiés à rentrer chez eux en Afghanistan. Cette année, environ 300 000 réfugiés afghans sont rentrés du Pakistan. Plus de 900 000 réfugiés afghans se trouvent en Iran, et deux millions au Pakistan.

L'envoyé de bonne volonté de l'UNHCR Khaled Hosseini en visite en Afghanistan

Afghanistan

Dans ce pays ravagé par vingt années de guerre, la vie reprend lentement ses droits. Car pour les réfugiés et les personnes déplacées qui sont rentrés chez eux, le retour n'est qu'un premier pas sur le long chemin de la reconstruction.

Le HCR fournit une assistance aux rapatriés sous forme de kits de première nécessité ainsi qu' une aide à la reconstruction d'abris, une sensibilisation aux dangers des mines anti-personnelles et des vaccins contre diverses maladies. Lentement mais sûrement, sur tout le territoire, les Afghans retrouvent leurs proches, reconstruisent leurs maisons, retournent à l'école et recommencent à travailler. Une nouvelle étape dans leurs vies vient de débuter.

Observez dans cette série le processus de retour, de réintégration, de réhabilitation et de reconstruction en Afghanistan.

Afghanistan

Reconstruire sa vie en Afghanistan

Avec les élections en octobre, 2004 est une année décisive pour l'avenir de l'Afghanistan, avec un nombre record d'Afghans rentrés chez eux. Depuis le début du programme de rapatriement de l'UNHCR et après la chute du régime taliban en 2002, les rapatriés sont au nombre de 3,6 millions dont plus de 2 millions en provenance du Pakistan et plus d'1 million d'Iran. 440 000 déplacés à l'intérieur de l'Afghanistan sont aussi rentrés dans leur région d'origine.

L'UNHCR a mis en place des centres dans tout le pays, premiers points d'accueil des rapatriés qui y recoivent une allocation pour subvenir à leurs premiers besoins, accéder à des soins médicaux et à une sensibilisation au danger des mines antipersonnel.

Dans le cadre de son programme de logement, l'UNHCR fournit des outils et des matériaux aux familles ainsi que des fonds aux rapatriés vulnérables (les infirmes et les veuves âgées), pour la contruction d'un nouveau foyer, souvent retrouvé en ruines au retour.

L'UNHCR finance aussi la reconstruction de bâtiments publics, écoles ou hôpitaux par exemple, ainsi que des programmes d'assainissement de l'eau, de formation professionnelle et d'activités génératrices de revenus.

Reconstruire sa vie en Afghanistan

Iraq : Khaled Hosseini en visitePlay video

Iraq : Khaled Hosseini en visite

L'auteur de best-sellers internationaux et Ambassadeur de bonne volonté du HCR Khaled Hosseini s'est rendu pour la première fois au nord de l'Iraq cette semaine pour rendre visite aux réfugiés syriens qui y ont trouvé refuge. Khaled Hosseini est lui-même un ancien réfugié afghan. Il est l'auteur de plusieurs best-sellers comme « Les cerfs-volants de Kaboul » et « mille soleils splendides ». Il s'est entretenu avec de nombreux réfugiés durant sa visite, y compris Payman qui est âgée de 16 ans. Cette jeune auteure très ambitieuse est très frustrée car pour le moment elle ne peut pas aller à l'école.
Afghanistan : L'histoire de MiriamPlay video

Afghanistan : L'histoire de Miriam

Miriam a été réfugiée en Iran pendant six ans. Cette veuve et mère de famille est revenue dans son pays en 2002. Depuis, elle est une personne déplacée dans son propre pays. Sa situation est très précaire.
Angelina Jolie en AfghanistanPlay video

Angelina Jolie en Afghanistan

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie se rend en Afghanistan et appelle à faire davantage pour la réintégration des anciens réfugiés.