Le HCR achève son opération de rapatriement au Libéria ayant bénéficié à plus de 100 000 personnes

Articles d'actualité, 2 juillet 2007

© HCR/S.Brownell
Ces Libériens épuisés, mais heureux, dans le camion qui les a ramenés chez eux, à la fin du programme de rapatriement libérien mis en place par l'UNHCR.

MONROVIA, Libéria, 2 juillet (UNHCR) Un convoi de camions transportant 798 réfugiés a traversé la frontière depuis la Sierra Leone ce week-end marquant ainsi la fin du programme réussi de rapatriement des Libériens, mis en place par l'agence des Nations Unies pour les réfugiés.

L'UNHCR, qui aidé au retour plus de 105 000 rapatriés depuis octobre 2004, sera encore impliqué dans des projets au Libéria visant à faciliter la réintégration des rapatriés.

« Le rapatriement des Libériens a été l'une des plus importantes opérations de l'UNHCR en Afrique ces dernières années », explique Mengesha Kebede, directeur adjoint du bureau Afrique de l'UNHCR. « Avec la fin du rapatriement sierra-léonais en 2004, la conclusion de l'opération au Libéria, qui a été menée avec succès, met un terme aux programmes de rapatriement de grande ampleur en Afrique de l'Ouest. »

Samedi, ce dernier convoi a franchi, sous la bruine, la frontière du Libéria au point de passage frontière de Bo Waterside. Mais le mauvais temps n'a pas freiné l'enthousiasme des rapatriés, qui ont rapidement débarqué des camions à leur arrivée au centre de transit de Sinji, dans le comté de Grand Cape Mount au Libéria.

« J'en ai assez d'être une réfugiée ; je suis rentrée pour retrouver mon mari », explique Sinoe Ballah, qui a fui son pays en 2003 et qui était restée en Sierra Leone pour donner naissance, le mois dernier, à des jumelles.

Si Sinoe Ballah faisait partie du dernier convoi, d'autres rapatriés étaient rentrés plus tôt samedi d'autres régions d'Afrique. Un autre convoi de l'UNHCR venu de Sierra Leone a ainsi transporté 474 Libériens qui rentraient chez eux, dans le comté de Lofa, pendant que 267 réfugiés rentraient dans leur pays natal depuis la Côte d'Ivoire. Des vols en partance du Nigéria et du Ghana ont atterri à Monrovia avec, à leur bord, respectivement 85 et 71 rapatriés libériens.

L'annonce, par l'UNHCR, que son programme de rapatriement s'arrêtait à la fin du mois dernier a provoqué davantage de retours en juin. Plus de 5 000 personnes ont ainsi choisi de rentrer avec l'aide de l'agence pour les réfugiés.

Plus de 350 000 Libériens ont fui la guerre civile dans leur pays de 1989 à 2003. Le conflit a dévasté les infrastructures et l'économie nationales et a fait environ 200 000 morts et plus de 800 000 déplacés internes.

A ce jour, plus de 150 000 réfugiés sont rentrés au Libéria. Avec plus de 100 000 rapatriés assistés par l'UNHCR dont plus de la moitié venait de la Guinée voisine quelque 50 000 réfugiés libériens enregistrés sont rentrés chez eux par leurs propres moyens. Ils y ont été encouragés par le retour de la paix et l'arrivée au pouvoir d'un président démocratiquement élu.

« Sans être complaisant, on peut dire que l'opération de rapatriement vers le Libéria a été un succès », explique Salif Kagni, le chef du bureau de terrain de Nzérékoré en Guinée voisine.

Au Libéria, l'UNHCR a également été impliqué dans le retour de quelque 326 000 personnes déplacées internes vers leur région d'origine. Ce programme a été achevé avec succès en avril 2006. Les Libériens déplacés ont vécu dans des camps, principalement autour de la capitale, Monrovia.

Cette opération, couronnée de succès, a pu être réalisée grâce au désir sans équivoque des réfugiés libériens de rentrer chez eux, à l'engagement du Gouvernement libérien à soutenir ces personnes une fois rentrées chez elles, aux efforts de l'UNHCR et d'autres partenaires et au soutien de tous les pays d'Afrique de l'Ouest.

Le rapatriement libérien a été une opération logistique complexe, avec des retours par air, par mer et par voie terrestre en provenance de tous les pays voisins et même au-delà de la région. A leur arrivée, les réfugiés ont reçu une allocation pour leur transport, leur nourriture et des ustensiles domestiques.

La réintégration et l'amélioration des moyens de subsistance pour les rapatriés sont des priorités à long terme pour l'UNHCR et ses partenaires, qui ont réparé des hébergements, des routes, des puits, des écoles ainsi que des cliniques et qui également mis sur pied un programme de formation professionnelle.

La prochaine étape, pour l'UNHCR et les pays qui accueillent toujours des réfugiés libériens, est de préparer des projets à long terme pour favoriser leur intégration locale. Le but de ces projets est de clore le chapitre de ces importants déplacements de populations en Afrique de l'Ouest par une fin heureuse.

On compte toujours quelque 80 000 réfugiés libériens en Afrique de l'Ouest. Plus de 23 000 se trouvent encore au Ghana, 22 000 en Côte d'Ivoire, 13 000 en Sierra Leone, 14 000 en Guinée et 5 000 au Nigéria. Les autres sont dispersés dans d'autres pays proches.

Par Sarah F. Brownell à Monrovia, Libéria

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Des réfugiés transférés dans un nouveau camp au Libéria

Le HCR a commencé à transférer des réfugiés ivoiriens vers un nouveau camp dans la ville de Bahn, au nord-est du Libéria. Ces prochaines semaines, le HCR espère transférer jusqu'à 15 000 réfugiés dans ce site, construit sur un terrain gagné sur la jungle. Ils font partie des quelque 40 000 civils qui ont fui la Côte d'Ivoire pour échapper aux tensions politiques croissantes dans leur pays depuis l'élection présidentielle de fin novembre.

Le nombre final de réfugiés qui seront emmenés à Bahn dépendra du nombre de personnes souhaitant être réinstallées depuis des villages proches de la frontière entre la Côte d'Ivoire et le Libéria. Initialement, la plupart des réfugiés ont été accueillis par les communautés hôtes et ils ont vécu au côté des habitants. Le mauvais état des routes a compliqué l'acheminement des biens de secours par les institutions humanitaires. Les stocks de vivres, de médicaments et d'eau ont baissé, rendant les conditions de vie difficiles aussi bien pour la population locale que pour les réfugiés.

Au camp de Bahn, les réfugiés auront accès aux services de base comme les soins de santé, l'eau potable et l'enseignement primaire.

Des réfugiés transférés dans un nouveau camp au Libéria

Libéria : Aide d'un pays voisinPlay video

Libéria : Aide d'un pays voisin

Alphonse Gongleba a fui vers le Libéria avec sa famille il y a quelques mois. Il apprécie l'aide qu'il reçoit dans ce pays, voisin de sa Côte d'Ivoire natale.
Libéria : Un nouveau camp pour les réfugiés de Côte d'IvoirePlay video

Libéria : Un nouveau camp pour les réfugiés de Côte d'Ivoire

Le HCR aménage un camp dans le nord-est du Libéria pour héberger des milliers de réfugiés ivoiriens. La communauté locale participe aux travaux.
Libéria : Le camp de Bahn ouvrePlay video

Libéria : Le camp de Bahn ouvre

Le HCR a ouvert un nouveau camp dont la capacité d'accueil est de plus de 15 000 réfugiés ivoiriens à Bahn dans l'est du Libéria. Un premier groupe de réfugiés arrive.