L'auteur des « Cerfs-volants de Kaboul » fait l'éloge du HCR dans son nouveau roman

Articles d'actualité, 22 mai 2007

© HCR/T.Irwin
Khaled Hosseini, romancier et Envoyé de bonne volonté de l'UNHCR, rencontre Yacoub Husseini, un réfugié du Darfour. Avant d'arriver au camp de réfugiés de l'UNHCR au Tchad, Yacoub Husseini et sa famille ont vécu pendant deux mois sous un arbre.

WASHINGTON, Etats-Unis, 22 mai (UNHCR) Khaled Hosseini, auteur du best-seller international « Les Cerfs-volants de Kaboul », a publié mardi son deuxième roman, dans lequel il décrit son travail en tant qu'Envoyé de bonne volonté de l'UNHCR comme l'une des expériences les plus importantes et significatives de sa vie.

Dans l'épilogue du roman « Mille soleils merveilleux », Khaled Hosseini parle de son travail pour l'UNHCR depuis qu'il a reçu le Humanitarian of the Year Award, à l'occasion de la Journée mondiale du réfugié en 2006, à Washington DC. « Pendant cette dernière année », écrit-il, « j'ai eu le privilège de travailler comme Envoyé américain pour l'UNHCR ... l'une des agences humanitaires les plus importantes au monde. »

En attribuant cette distinction à Khaled Hosseini, l'UNHCR avait voulu souligner le fort impact que son premier roman avait eu sur le public, en faisant connaître les problèmes des réfugiés afghans. Dans son deuxième livre, « Mille soleils merveilleux », l'auteur raconte la vie de deux femmes en Afghanistan, un pays en proie à des troubles depuis trente ans. « Aujourd'hui, plus de deux millions de réfugiés afghans se trouvent toujours au Pakistan », lit-on encore dans l'épilogue.

L'assistance aux réfugiés afghans demeure l'un des programmes majeurs de l'UNHCR. Depuis la chute des talibans en 2001, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a aidé plus de quatre millions d'Afghans à retourner chez eux. L'agence continue d'assurer la protection de trois millions de réfugiés afghans se trouvant au Pakistan et en Iran. La famille de Khaled Hosseini a elle-même quitté l'Afghanistan en 1976 pour demander l'asile aux Etats-Unis quatre ans plus tard.

Cette année, Khaled Hosseini s'est rendu dans des camps de l'UNHCR à l'est du Tchad, qui accueillent 240 000 réfugiés originaires de la région du Darfour au Soudan. Pour le romancier, cette mission avait pour objectif de se rendre compte par lui-même de l'une des opérations les plus complexes menée par l'UNHCR. Il voulait aussi utiliser sa renommée pour faire connaître la crise du Darfour aux Etats-Unis, où l'organisation à but non lucratif USA for UNHCR mène une campagne de collecte de fonds nommée Aid Darfur.

« Dans les camps, les gens font le récit de janjawid [milices arabes] attaquant leurs villages et tuant des enfants, tuant des femmes, tuant des personnes âgées. Leurs maisons sont brûlées et tout ce qui leur appartient est volé », a-t-il expliqué.

« Cette mission m'a fait profondément changer », a indiqué Khaled Hosseini à son retour. « Elle m'a fait comprendre combien je suis chanceux, et combien mes enfants sont chanceux ; nous habitons dans un pays libre et nous disposons de tant de choses que nous considérons comme acquises. »

Pendant sa tournée dans 45 villes américaines pour le lancement de son livre, qui commence cette semaine, les organisateurs de cet événement vont distribuer des signets invitant les lecteurs à soutenir les réfugiés du monde entier.

Khaled Hosseini participera encore une fois à la célébration de la Journée mondiale du réfugié avec l'UNHCR. Le 20 juin à San Francisco, il prendra part à un débat sur le thème de cette journée aux Etats-Unis « Une nouvelle maison, une nouvelle vie ». Des événements sont par ailleurs organisés à Washington et à Chicago, ainsi que dans des dizaines de villes, avec des organisations partenaires de l'agence.

Par Tim Irwin à Washington, Etats-Unis

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

L'envoyé de bonne volonté de l'UNHCR Khaled Hosseini en visite en Afghanistan

L'envoyé de bonne volonté de l'UNHCR Khaled Hosseini s'est rendu en Afghanistan début septembre, pour se rendre compte de l'envergure et de la complexité de l'une des plus grosses opérations de l'UNHCR. Pendant 10 jours, l'écrivain célèbre a passé en revue des projets de l'UNHCR et a rencontré des rapatriés dans les provinces du nord de Kunduz, Baghlan, Balkh, Parwan et Kaboul. Khaled Hosseini, lui-même ancien réfugié afghan, maintenant installé aux Etats-Unis, a noté qu'il faudrait encore du temps et du travail pour que l'Afghanistan puisse offrir aux rapatriés des infrastructures et des services adéquats. Il a exhorté la communauté internationale à poursuivre son engagement envers l'Afghanistan, en lui donnant le temps nécessaire pour la reconstruction.

Khaled Hosseini n'a pas pu se rendre dans le sud et dans certaines régions de l'est, où l'insécurité ralentit le travail de l'UNHCR pour évaluer les besoins et pour fournir une assistance à ceux qui en ont le plus besoin. Depuis 2003, l'UNHCR a aidé plus de quatre millions de réfugiés à rentrer chez eux en Afghanistan. Cette année, environ 300 000 réfugiés afghans sont rentrés du Pakistan. Plus de 900 000 réfugiés afghans se trouvent en Iran, et deux millions au Pakistan.

L'envoyé de bonne volonté de l'UNHCR Khaled Hosseini en visite en Afghanistan

Séisme au Pakistan : Mobilisation contre les grands froids

Bien que l'hiver dans le nord du Pakistan s'avère moins rude que prévu, les survivants du séisme doivent néanmoins faire face à de très basses températures, accompagnées de neige, de fortes pluies et de glissements de terrain.

Pour les aider, l'UNHCR a distribué des couvertures, des bâches en plastique, des tentes et des réchauds ainsi que des vêtements chauds pour les enfants dans le village de Danna, au nord de la ville de Muzaffarabad. Dans les camps de la Province frontière du Nord-Ouest (PFNO), des tentes communautaires chauffées ont été installées. Dans le Cachemire pakistanais, étant donné l'espace restreint dans les camps, des poêles individuels sont distribués aux familles. Les équipes de l'UNHCR enseignent l'utilisation sans danger de ces poêles, ainsi que la prévention des risques de feu. Enfin, les partenaires de l'UNHCR mènent le recensement des personnes déplacées par le séisme, pour fournir aux survivants l'aide dont ils ont besoin dès maintenant et pour le travail de reconstruction qui sera entrepris par la suite.

L'UNHCR fournit actuellement une assistance matérielle et technique aux autorités pakistanaises dans quelque 160 camps de secours accueillant près de 140 000 personnes affectées par le séisme du 8 octobre 2005.

Séisme au Pakistan : Mobilisation contre les grands froids

Afghanistan

Dans ce pays ravagé par vingt années de guerre, la vie reprend lentement ses droits. Car pour les réfugiés et les personnes déplacées qui sont rentrés chez eux, le retour n'est qu'un premier pas sur le long chemin de la reconstruction.

Le HCR fournit une assistance aux rapatriés sous forme de kits de première nécessité ainsi qu' une aide à la reconstruction d'abris, une sensibilisation aux dangers des mines anti-personnelles et des vaccins contre diverses maladies. Lentement mais sûrement, sur tout le territoire, les Afghans retrouvent leurs proches, reconstruisent leurs maisons, retournent à l'école et recommencent à travailler. Une nouvelle étape dans leurs vies vient de débuter.

Observez dans cette série le processus de retour, de réintégration, de réhabilitation et de reconstruction en Afghanistan.

Afghanistan

Afghanistan : L'histoire de MiriamPlay video

Afghanistan : L'histoire de Miriam

Miriam a été réfugiée en Iran pendant six ans. Cette veuve et mère de famille est revenue dans son pays en 2002. Depuis, elle est une personne déplacée dans son propre pays. Sa situation est très précaire.
Angelina Jolie en AfghanistanPlay video

Angelina Jolie en Afghanistan

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie se rend en Afghanistan et appelle à faire davantage pour la réintégration des anciens réfugiés.
Pakistan: Un lieu chauffé pour l'hiverPlay video

Pakistan: Un lieu chauffé pour l'hiver

L'hiver approche dans le nord-ouest du Pakistan. Le HCR aide des milliers de sans-abri victimes des inondations à construire des logements.