Angelina Jolie visite un camp au Tchad pour évaluer la situation des réfugiés du Darfour

Articles d'actualité, 27 février 2007

© HCR/E.Cue
Des réfugiés originaires de la région du Darfour au Soudan, dans le désert de sable au camp d'Ouré Cassoni, à l'est du Tchad. L'ambassadrice de bonne volonté de l'UNHCR Angelina Jolie a visité ce camp en début de semaine.

BAHAI, Tchad, 27 février (UNHCR) L'ambassadrice de bonne volonté de l'UNHCR, Angelina Jolie, a terminé mardi une mission de deux jours dans un camp de réfugiés à l'est du Tchad, ce qui lui a permis de se rendre compte de la dégradation de la sécurité pour les réfugiés soudanais, depuis sa dernière visite dans ce pays il y a trois ans.

Angelina Jolie, qui s'était rendue en 2004 avec l'UNHCR au Tchad et dans la région voisine du Darfour, au Soudan, a dit avoir été frappée par le sentiment d'espoir régnant dans le camp d'Oure Cassoni, près de la ville du même nom, ainsi que par le vœu très répandu de voir une force de maintien de la paix déployée au Tchad.

Elle a également parlé des difficultés et des souffrances qu'elle a vues dans le camp, situé à moins de cinq kilomètres de la frontière avec le Soudan. « Il est toujours dur de voir des gens dignes, des familles en train de vivre dans des conditions si difficiles », a déclaré Angelina Jolie. « Ce qui est le plus énervant, c'est le temps qu'il faut à la communauté internationale pour répondre à cette crise », a-t-elle ajouté.

Lundi, l'actrice lauréate d'un Oscar a dû voyager pendant une tempête de sable pour se rendre au camp d'Oure Cassoni, hébergeant plus de 26 000 réfugiés. Des 12 camps gérés par l'UNHCR à l'est du Tchad et qui abritent au total 230 000 réfugiés originaires de la région instable du Darfour au Soudan, celui d'Oure Cassoni est le plus au nord et accueille à lui seul 26 000 réfugiés.

Dans l'une des écoles primaires du camp, elle a été accueillie par des chants d'enfants alors que la tempête battait violemment la bâche en plastique utilisée pour le toit et les murs. Le sable et les tempêtes rendent la vie des réfugiés encore plus difficile, en enterrant partiellement ou complètement de nombreuses tentes et maisons en terre. Le bois de cuisine et de chauffage est rare dans la région, et la compétition pour les ressources cause des frictions entre les réfugiés et les populations locales.

Les femmes réfugiées sont souvent victimes d'abus sexuels et physiques lorsqu'elles collectent les précieux morceaux de bois, dépassant les capacités de protection de la police déployée par le Gouvernement tchadien pour aider à assurer la sécurité des réfugiés.

Dans l'école, Angelina Jolie a écouté les témoignages des enfants sur leur vie quotidienne, leurs inquiétudes et leur espoir de pouvoir retourner un jour chez eux au Darfour. Les rires ont résonné dans la salle de classe lorsqu'elle et les enfants se sont tour à tour dessinés. Ensuite elle a rendu visite à des réfugiés souffrant de maladies mentales.

Mardi, Angelina Jolie s'est rendue auprès d'un réservoir artificiel qui sert à alimenter le camp en eau, et qui est maintenant presque vide suite au manque de pluies l'année dernière. Les réfugiés et l'UNHCR sont préoccupés par cette diminution des réserves.

Elle a ensuite rencontré un groupe de femmes qui lui ont parlé de leur souhait de pouvoir mener des activités génératrices de revenus ainsi que de leur envie de rentrer chez elles. Ces femmes, qui préparent les festivités pour la Journée internationale de la femme le 8 mars, ont indiqué que la situation sécuritaire était toujours insuffisante de l'autre côté de la frontière. Nombreux étaient les réfugiés avec lesquels elle s'est entretenue à appeler de leurs vœux une force de maintien de la paix au Tchad.

La semaine dernière, dans un rapport présenté au Conseil de sécurité des Nations Unies, le Secrétaire général Ban Ki-moon a proposé l'envoi d'une mission multidisciplinaire de maintien de la paix au Tchad, afin de protéger les civils et décourager les attaques transfrontalières.

Les réfugiés qu'a rencontrés Angelina Jolie lui ont aussi expliqué qu'ils avaient trouvé quelque réconfort en entendant des informations à la radio selon lesquelles la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye avait indiqué au Conseil de sécurité disposer de preuves tangibles concernant des crimes contre l'humanité.

« Aujourd'hui, de nombreux réfugiés semblent ressentir un nouvel espoir, et ils veulent voir que les responsables sont conduits au tribunal.... Pour pouvoir rentrer chez eux, ces gens disent qu'ils ont besoin de savoir que les hommes les ayant attaqués ont été dépouillés de leurs armes », a expliqué Angelina Jolie. « C'est un jour très important pour la justice internationale. Les décisions de la CPI peuvent faire une différence énorme pour la vie de ces femmes et ces enfants. »

Angelina Jolie a fait l'éloge des employés de l'UNHCR et des ONG qu'elle a rencontrés dans le camp. « Après des années dans cette situation, désormais eux-mêmes victimes d'attaques, les travailleurs humanitaires gardent la foi et le même état d'esprit », a-t-elle indiqué.

On compte plus de 230 000 réfugiés du Soudan dans l'est du Tchad. Par ailleurs, quelque 46 000 réfugiés centrafricains ont trouvé un abri au sud du Tchad. En plus de ces réfugiés, près de 120 000 Tchadiens sont déplacés à l'est de leur propre pays.

Par Matthew Conway à Bahai, Tchad

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Les Ambassadeurs de bonne volonté du HCR

Pour en savoir plus sur les Ambassadeurs de bonne volonté du HCR.

Angelina Jolie

Actrice américaine

Angelina Jolie appelle le monde à ne pas oublier les réfugiés iraquiens

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie est retournée le 2 octobre 2009 à Damas, la capitale syrienne, pour y rencontrer des réfugiés iraquiens deux ans après sa dernière visite. L'actrice américaine, lauréate d'un oscar et accompagnée de son partenaire Brad Pitt, a saisi cette occasion pour lancer un appel d'urgence à la communauté internationale afin qu'elle n'oublie pas les centaines de milliers de réfugiés iraquiens vivant toujours en exil, malgré une relative amélioration de la situation de sécurité en Iraq. Angelina Jolie a indiqué que la plupart des réfugiés iraquiens ne peuvent pas rentrer en Iraq à cause des sévères traumatismes qu'ils y ont subis, à cause de l'incertitude liée aux prochaines élections iraquiennes, des problèmes de sécurité et d'une pénurie de services essentiels. Ils auront besoin d'un soutien continu de la part de la communauté internationale, a-t-elle affirmé. L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR a rendu visite à deux familles vulnérables vivant dans la banlieue de Jaramana, au sud de Damas. Elle a été particulièrement émue durant sa rencontre avec une femme appartenant à une minorité religieuse, qui a expliqué à Angelina Jolie les abus physiques qu'elle a subis ainsi que les tortures endurées par son fils, après qu'ils aient été enlevés plus tôt cette année en Iraq et retenus en otage durant des jours. Ils ont décidé de fuir vers la Syrie, un pays hôte généreux envers les réfugiés.

Angelina Jolie appelle le monde à ne pas oublier les réfugiés iraquiens

Angelina Jolie en Bosnie

Angelina Jolie, Ambassadrice de bonne volonté du HCR, a rencontré des personnes déracinées le 5 avril 2010 au cours de sa première visite en Bosnie-Herzégovine. L'actrice, accompagnée de son partenaire Brad Pitt, a appelé à des mesures pour mettre fin aux souffrances persistantes des victimes déplacées de la guerre de Bosnie, après avoir entendu leurs récits poignants et vu leurs conditions de vie épouvantables.

La célèbre actrice a été émue par la force - et par les souffrances - des personnes qu'elle a rencontrées et elle s'est engagée à attirer l'attention sur leur sort. La plupart des personnes avec lesquelles elle s'est entretenue vivent en exil depuis la fin du conflit de 1992-95. Angelina Jolie s'est rendue dans des centres collectifs dans les villes de Gorazde et Rogatica, où les habitants manquent de services basiques comme l'eau courante.

L'actrice a rencontré un groupe de femmes ayant subi des viols et la torture durant la guerre. Leurs témoignages l'ont profondément émue. Elle a également rencontré une famille de réfugiés rapatriés qui attendent toujours de rentrer dans leur village natal près de la ville de Visegrad dans l'est de la Bosnie.

Angelina Jolie en Bosnie

Angelina Jolie oeuvre pour la réintégration des rapatriés afghans

L'Ambassadrice de bonne volonté pour le HCR, Angelina Jolie, est retournée en Afghanistan en mars 2011. Lors de sa seconde visite, l'actrice célèbre a appelé à oeuvrer davantage pour la réintégration des anciens réfugiés afghans. Plus de 5,5 millions de réfugiés sont rentrés en Afghanistan depuis 2002, principalement depuis le Pakistan et l'Iran ; ils représentent maintenant 20 pour cent de la population. Le HCR est préoccupé par le fait qu'un trop grand nombre de ces anciens réfugiés sont toujours sans emploi et sans logement et qu'ils ne peuvent subvenir à d'autres besoins fondamentaux.

L'actrice a rendu visite à plusieurs familles qu'elle avait rencontrées en 2008 et qui vivent toujours dans un entrepôt délabré à Kaboul. Elle a été bouleversée de voir ces familles luttant pour leur survie dans un bâtiment froid et humide. Chaque jour, les enfants lavent des vitres de voitures afin de subvenir aux besoins de la famille, au lieu d'aller à l'école. Les personnes âgées et malades ont fait part à Angelina Jolie de leur désespoir d'être un fardeau pour les jeunes générations.

Angelina Jolie a également rencontré des réfugiés rapatriés vivant à Alice Ghan et Barikab au nord de Kaboul, après avoir été bénéficiaires d'un programme d'allocation des terres. Ces rapatriés ont exprimé leur gratitude d'avoir un logement, mais ils déplorent le manque de moyens d'existence. L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR s'est également rendue dans le village de Qala Gadu, où est actuellement construite une école primaire qu'elle a financée et qui sera destinée aux jeunes filles.

Angelina Jolie oeuvre pour la réintégration des rapatriés afghans

Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.
Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi Play video

Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi

Oumi a fui le Soudan avec son mari et ses enfants il y a trois mois lors d'un voyage qui a été tragique.
Angelina Jolie en mission à BagdadPlay video

Angelina Jolie en mission à Bagdad

Durant sa récente mission au Moyen-Orient, l'Emissaire du HCR Angelina Jolie a rencontré des déplacés et des rapatriés iraquiens à Bagdad.