L'ambassadrice de bonne volonté Angelina Jolie loue le courage des réfugiés en Inde

Articles d'actualité, 6 novembre 2006

© HCR/K.McKinsey
L'ambassadrice de bonne volonté de l'UNHCR Angelina Jolie écoute des enfants sikhs jouer de la musique religieuse à la Khalsa Diwan Welfare Society, une association gérée par des réfugiés afghans de confession sikh pour d'autres réfugiés.

NEW DELHI, Inde, 6 novembre (UNHCR) Lors d'une visite à des réfugiés ce week-end, l'ambassadrice de bonne volonté de l'UNHCR Angelina Jolie a rencontré des femmes d'Afghanistan et du Myanmar qui lui ont raconté comment elles ont fui la persécution dans leurs pays et trouvé la sécurité en Inde.

Simple et décontractée, en jean et t-shirt de l'UNHCR, Angelina Jolie s'est assise à même le sol pour jouer avec les enfants réfugiés, partager les soucis d'une mère qui élève seule ses enfants, très occupée par son travail, et bavarder avec des adolescents évoquant les joies et les défis que représente l'apprentissage d'une langue étrangère.

« Je suis reconnaissante aux familles de réfugiés de passer du temps avec moi et de me raconter leur histoire », a déclaré Angelina Jolie. « Ce sont des personnes admirables et courageuses. »

Samedi, l'actrice a visité la clinique de protection de femmes de l'UNHCR, dans la partie occidentale de New Delhi, où les femmes réfugiées du Myanmar peuvent se rendre et parler de leurs problèmes dans un environnement sûr.

Les entrevues à la clinique permettent aussi à l'UNHCR de mieux aider les femmes par exemple en leur fournissant des soins médicaux ou en organisant les démarches pour l'éducation de leurs enfants. A long terme, beaucoup de ces femmes vont être réinstallées dans des pays comme l'Australie, le Canada, la Nouvelle Zélande, la Norvège et les Etats-Unis. Plusieurs réfugiés originaires du Myanmar, un pays dont la religion officielle est le bouddhisme, appartiennent à la minorité chrétienne chin.

Tout en prenant des notes dans un gros cahier, Angelina Jolie a écouté attentivement des femmes réfugiées du Myanmar lui expliquer qu'elles ne pouvaient pas rentrer dans leur pays tant que le régime militaire restait au pouvoir. Pendant qu'elle parlait aux réfugiés, son fils Maddox, cinq ans, jouait par terre avec des enfants du Myanmar et participait avec enthousiasme à un concours de toupies, qui a fait disparaître toute barrière linguistique.

© HCR/K.McKinsey
L'ambassadrice de bonne volonté de l'UNHCR Angelina Jolie écoute des enfants sikhs jouer de la musique religieuse à la Khalsa Diwan Welfare Society, une association gérée par des réfugiés afghans de confession sikh pour d'autres réfugiés.

« C'est très émouvant d'entendre le récit des persécutions vécues par les réfugiés », a dit Angelina Jolie. Après une conversation avec deux femmes du Myanmar, l'une d'elles a demandé timidement à Angelina Jolie : « Vous ressemblez à une actrice ». Et la deuxième de continuer : « Vous êtes une star du cinéma ? »

« Je suis en Inde pour tourner un film », a répondu l'actrice, « mais je suis venue à Delhi exprès pour vous voir. C'est un honneur pour moi de vous rencontrer. Vous êtes des femmes très fortes. Vous êtes admirables. »

Les femmes d'Afghanistan et du Myanmar qu'elle a rencontrées font partie des 11 500 réfugiés présents dans la capitale indienne et qui sont pris en charge par l'UNHCR.

Dans les rues étroites et surchargées situées près du centre, Angelina Jolie a retiré ses sandales et s'est installée sur un lit en bois dans un studio que son hôte, une réfugiée du Myanmar, partage avec ses trois enfants. Son mari a ayant été arrêté, elle a fui en Inde seule avec ses jeunes enfants. Elle ne peut pas travailler ici, dit-elle, car elle est occupée à plein temps avec ses enfants, dont deux sont à ses côtés pendant la conversation.

« C'est le travail le plus difficile qui soit », a convenu Angelina Jolie, qui a elle-même trois enfants. « Cela doit être très difficile pour vous d'élever trois petits enfants dans un pays étranger. »

Angelina Jolie a aussi visité la Khalsa Diwan Welfare Society, une organisation gérée pour et par des réfugiés afghans sikhs à l'ouest de New Delhi, où elle est entrée dans des classes de couture, de musique et d'anglais. De nombreux Afghans sikhs, qui étaient une minorité persécutée dans leur pays d'origine, sont en Inde depuis plus de 30 ans. La plupart des jeunes réfugiés qu'Angelina Jolie a rencontrés sont nés en Inde et n'ont jamais vu l'Afghanistan.

En discutant avec un adolescent âgé de 15 ans qui dit aimer l'informatique, Angelina Jolie a plaisanté : « Je ne suis pas très douée avec les ordinateurs. » Dans une classe d'anglais, Angelina Jolie, qui a dit avoir un intérêt particulier pour les réfugiés afghans et voudrait visiter ce pays lorsque la paix y sera revenue, a demandé aux étudiants de lui apprendre quelques mots de leur langue maternelle et les a félicités pour leur maîtrise de trois langues.

Elle a souligné ensuite qu'il était tragique que ces réfugiés afghans, qui sont au nombre de 9 500 à New Delhi, aient eu à vivre en exil depuis tant d'années. « Nous nous concentrons souvent sur les opérations d'urgence pour les réfugiés, mais nous oublions qu'il y a des millions de réfugiés dans le monde, qui passent des années voire des décennies hors de leur pays », a-t-elle indiqué. « La communauté internationale doit vraiment beaucoup travailler pour trouver des solutions pour ces réfugiés oubliés. »

Dimanche, Angelina Jolie a rencontré le Ministre d'Etat en charge des affaires extérieures indiennes, Anand Sharma, ainsi que des représentants célèbres de la société civile indienne, incluant des universitaires et des avocats. Elle a remercié à la fois la population et le Gouvernement indien pour « leur hospitalité de longue date envers les réfugiés » et pour leur « politique de porte ouverte » à l'égard des réfugiés déplacés par les récents combats au Sri Lanka.

En plus des 11 500 réfugiés dont s'occupe directement l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, l'Inde accueille également environ 110 000 réfugiés tibétains et plus de 100 000 réfugiés sri lankais qui bénéficient de l'aide du Gouvernement indien. Depuis que les violences se sont intensifiées au Sri Lanka en avril dernier, plus de 18 000 Sri Lankais ont trouvé refuge dans l'Etat du Tamil Nadu au sud de l'Inde.

© HCR/K.McKinsey
L'ambassadrice de bonne volonté de l'UNHCR Angelina Jolie écoute des enfants sikhs jouer de la musique religieuse à la Khalsa Diwan Welfare Society, une association gérée par des réfugiés afghans de confession sikh pour d'autres réfugiés.

Par Kitty McKinsey à New Delhi, Inde

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Voir aussi

Angelina Jolie

Actrice américaine

Angelina Jolie appelle le monde à ne pas oublier les réfugiés iraquiens

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie est retournée le 2 octobre 2009 à Damas, la capitale syrienne, pour y rencontrer des réfugiés iraquiens deux ans après sa dernière visite. L'actrice américaine, lauréate d'un oscar et accompagnée de son partenaire Brad Pitt, a saisi cette occasion pour lancer un appel d'urgence à la communauté internationale afin qu'elle n'oublie pas les centaines de milliers de réfugiés iraquiens vivant toujours en exil, malgré une relative amélioration de la situation de sécurité en Iraq. Angelina Jolie a indiqué que la plupart des réfugiés iraquiens ne peuvent pas rentrer en Iraq à cause des sévères traumatismes qu'ils y ont subis, à cause de l'incertitude liée aux prochaines élections iraquiennes, des problèmes de sécurité et d'une pénurie de services essentiels. Ils auront besoin d'un soutien continu de la part de la communauté internationale, a-t-elle affirmé. L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR a rendu visite à deux familles vulnérables vivant dans la banlieue de Jaramana, au sud de Damas. Elle a été particulièrement émue durant sa rencontre avec une femme appartenant à une minorité religieuse, qui a expliqué à Angelina Jolie les abus physiques qu'elle a subis ainsi que les tortures endurées par son fils, après qu'ils aient été enlevés plus tôt cette année en Iraq et retenus en otage durant des jours. Ils ont décidé de fuir vers la Syrie, un pays hôte généreux envers les réfugiés.

Angelina Jolie appelle le monde à ne pas oublier les réfugiés iraquiens

Angelina Jolie en Bosnie

Angelina Jolie, Ambassadrice de bonne volonté du HCR, a rencontré des personnes déracinées le 5 avril 2010 au cours de sa première visite en Bosnie-Herzégovine. L'actrice, accompagnée de son partenaire Brad Pitt, a appelé à des mesures pour mettre fin aux souffrances persistantes des victimes déplacées de la guerre de Bosnie, après avoir entendu leurs récits poignants et vu leurs conditions de vie épouvantables.

La célèbre actrice a été émue par la force - et par les souffrances - des personnes qu'elle a rencontrées et elle s'est engagée à attirer l'attention sur leur sort. La plupart des personnes avec lesquelles elle s'est entretenue vivent en exil depuis la fin du conflit de 1992-95. Angelina Jolie s'est rendue dans des centres collectifs dans les villes de Gorazde et Rogatica, où les habitants manquent de services basiques comme l'eau courante.

L'actrice a rencontré un groupe de femmes ayant subi des viols et la torture durant la guerre. Leurs témoignages l'ont profondément émue. Elle a également rencontré une famille de réfugiés rapatriés qui attendent toujours de rentrer dans leur village natal près de la ville de Visegrad dans l'est de la Bosnie.

Angelina Jolie en Bosnie

Angelina Jolie oeuvre pour la réintégration des rapatriés afghans

L'Ambassadrice de bonne volonté pour le HCR, Angelina Jolie, est retournée en Afghanistan en mars 2011. Lors de sa seconde visite, l'actrice célèbre a appelé à oeuvrer davantage pour la réintégration des anciens réfugiés afghans. Plus de 5,5 millions de réfugiés sont rentrés en Afghanistan depuis 2002, principalement depuis le Pakistan et l'Iran ; ils représentent maintenant 20 pour cent de la population. Le HCR est préoccupé par le fait qu'un trop grand nombre de ces anciens réfugiés sont toujours sans emploi et sans logement et qu'ils ne peuvent subvenir à d'autres besoins fondamentaux.

L'actrice a rendu visite à plusieurs familles qu'elle avait rencontrées en 2008 et qui vivent toujours dans un entrepôt délabré à Kaboul. Elle a été bouleversée de voir ces familles luttant pour leur survie dans un bâtiment froid et humide. Chaque jour, les enfants lavent des vitres de voitures afin de subvenir aux besoins de la famille, au lieu d'aller à l'école. Les personnes âgées et malades ont fait part à Angelina Jolie de leur désespoir d'être un fardeau pour les jeunes générations.

Angelina Jolie a également rencontré des réfugiés rapatriés vivant à Alice Ghan et Barikab au nord de Kaboul, après avoir été bénéficiaires d'un programme d'allocation des terres. Ces rapatriés ont exprimé leur gratitude d'avoir un logement, mais ils déplorent le manque de moyens d'existence. L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR s'est également rendue dans le village de Qala Gadu, où est actuellement construite une école primaire qu'elle a financée et qui sera destinée aux jeunes filles.

Angelina Jolie oeuvre pour la réintégration des rapatriés afghans

Angelina Jolie en mission à BagdadPlay video

Angelina Jolie en mission à Bagdad

Durant sa récente mission au Moyen-Orient, l'Emissaire du HCR Angelina Jolie a rencontré des déplacés et des rapatriés iraquiens à Bagdad.
Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syriennePlay video

Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syrienne

L'Emissaire spéciale du HCR Angelina Jolie et le chef de l'agence pour les réfugiés António Guterres rencontrent des réfugiés syriens en Jordanie et écoutent leurs témoignages déchirants.
Angelina Jolie en EquateurPlay video

Angelina Jolie en Equateur

Angelina Jolie rencontre des réfugiés colombiens en Equateur durant sa première visite dans ce pays en tant qu'Envoyée spéciale du Haut Commissaire pour les réfugiés António Guterres.