Dix années à fuir : la vie des réfugiés rwandais reflète l'histoire tumultueuse de la région des Grands Lacs

Articles d'actualité, 26 octobre 2006

© HCR/R.Russo
Hilarie Mukamurara, enseignante et ancienne réfugiée, reprend son travail dans sa classe au Rwanda. Pendant onze ans de fuites successives au sein de la RDC, elle a essayé de sauver sa famille.

DISTRICT DE MUHANGA, Rwanda, 26 octobre (UNHCR) Après avoir fui pendant une décennie, victimes des spasmes des guerres qui ont secoué la région des Grands Lacs, Hilaire Mukamurara et son mari, Pierre Myiridandi, des réfugiés rwandais, ont finalement réussi à rentrer dans leur village l'année dernière pour découvrir que leur trois parcelles de terre ont été vendues illégalement en leur absence.

Les litiges fonciers sont très courants pour les réfugiés qui rentrent chez eux partout dans le monde, mais celui-ci a pris une tournure particulièrement sérieuse. L'intrus a traîné Pierre, un agriculteur de 53 ans, devant un gacaca, un tribunal traditionnel rwandais, en l'accusant d'avoir participé au génocide rwandais en 1994. (Les gacaca, tribunaux basés sur la justice traditionnelle, ont été créés par le gouvernement pour combler le retard dans le traitement des cas et faire passer en jugement le grand nombre de suspects de génocide qui dépérissent depuis des années dans les prisons rwandaises.)

« Le nouveau propriétaire essaie de m'accuser de génocide pour m'empêcher de récupérer ma terre », explique Pierre. « Mais mes voisins savent que je suis innocent et je n'ai pas été reconnu coupable sur la base de ses fausses déclarations. » Il raconte qu'il a pu prouver qu'en 1994, il ne se trouvait même pas dans son village mais dans une autre province, où il fréquentait une école secondaire pour adultes « il était donc impossible que je participe aux événements qui se sont passés dans mon village à cette époque. »

Heureusement pour Pierre, ses voisins ont confirmé son histoire et il a été acquitté. Maintenant il concentre ses efforts pour reprendre sa terre à l'individu qui l'a accusé.

Ce fut un long et tortueux voyage, depuis ce jour de 1994 lorsque la famille de Pierre quitta le pays avec deux autres millions de Rwandais pour fuir le génocide. La frénésie meurtrière dura 100 jours et 800 000 Tutsis, faisant partie du groupe minoritaire, et Hutus modérés furent massacrés par leurs voisins.

« La guerre de 1994 au Rwanda nous a forcés à fuir vers la RDC en abandonnant tout ce que nous possédions », raconte Hilaire, en parlant de la République démocratique du Congo qui, à l'époque, s'appelait Zaïre et a accueilli 1,2 million de réfugiés rwandais.

Pendant deux ans, ils ont habité dans un camp de réfugiés géré par l'UNHCR dans la région du Sud-Kivu à l'est de la RDC, jusqu'à ce que les camps soient fermés pendant la guerre de 1996 durant laquelle le chef rebelle Laurent-Désiré Kabila s'est emparé du pouvoir détenu jusqu'alors par le Président Mobutu Sésé Seko.

Les réfugiés se sont dispersés dans les forêts denses de l'est du Congo. En quête de sécurité et d'un moyen pour rentrer au Rwanda, la famille d'Hilarie et Pierre a voyagé pendant plus de huit ans d'un endroit à l'autre dans la brousse recouvrant cet immense pays africain.

« Nous étions bloqués dans la forêt, sans logement, et nous avons souffert de l'insécurité, du froid et de la faim », se rappelle Hilarie. « Nous construisions de petites huttes avec des feuilles de palmier pour nous protéger contre le froid et la pluie. Parfois nous réussissions à travailler en tant que fermiers pour la population congolaise. »

Pierre ajoute : « Pendant de nombreuses années, les groupes rebelles en RDC nous ont empêchés de rentrer en sécurité au Rwanda. » Ils ont aussi été coupés de l'actualité du reste du monde.

« Nous tombions par hasard sur des gens qui nous apportaient des nouvelles sur la situation de paix actuelle au Rwanda », a indiqué Pierre. « Dans la brousse (en RDC), nous ne recevions pas la radio alors les paysans étaient notre seule source d'information. »

Même après dix ans de fuite, leur saga, une reproduction à petite échelle de l'histoire congolaise, n'était pas terminée. En 2004, ils ont été kidnappés par des rebelles Maï-Maï, une émanation des « milices magiques » qui avaient combattu le gouvernement central de la RDC, enhardis par leur croyance selon laquelle l'eau bénite et les fétiches pourraient les protéger contre les balles.

Emprisonnés dans une maison par des Maï-Maï, la famille d'Hilarie et Pierre a finalement réussi à s'échapper, mais elle a perdu le plus jeune de ses cinq enfants, un garçon de 14 ans, dans sa fuite dramatique. Espérant que quelqu'un prendrait soin de leur enfant perdu, ils ont adopté la fille d'un ancien voisin qu'ils ont trouvée errant dans la forêt. Finalement, ils ont réussi à atteindre les camions des forces des Nations Unies pour le maintien de la paix (MONUC) qui les ont transportés vers un centre de rassemblement afin que l'UNHCR puisse ramener la famille au Rwanda.

Là ils ont tenté de rassembler les morceaux de leur ancienne vie. A côté de trois parcelles de terrain qui avaient été illégalement vendues par la sœur de Pierre, ils avaient une maison, qu'ils ont réclamée et reconstruite avec l'aide d'amis et de voisins.

Hilarie a retrouvé son emploi d'enseignante, mais cela n'a pas résolu tous leurs problèmes. « Mon salaire de 42 000 francs rwandais (environ 75 dollars) suffit à peine pour nourrir la famille et payer les frais de scolarité de mes enfants », explique Hilarie. « Notre vie changerait beaucoup si nous pouvions récupérer nos biens. »

Ils viennent juste de recevoir de bonnes nouvelles qui allègent un peu le fardeau de la peine et des difficultés endurées. « Nous avons eu récemment des nouvelles de quelqu'un qui aurait vu notre enfant en RDC », raconte Hilarie, « alors nous gardons espoir de le revoir. »

Par Beatriz Gonzalez au Rwanda

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.