Le chef du HCR António Guterres appelle les pays riches à investir dans la région des Grands Lacs

Articles d'actualité, 16 juin 2006

© HCR/C.Lune-Grayson
Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres, et la Ministre de la Solidarité Nationale, des Droits de la Personne Humaine et du Genre, Mme Françoise Ngendahayo, ont rencontré des rapatriés dans la province de Muyinga. Avec 62 000 retours depuis 2002, cette province a accueilli plus de rapatriés burundais que tout autre dans le pays.

MUYINGA, Burundi, 16 juin (UNHCR) Vendredi, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres a appelé les pays riches à investir dans le développement économique de la région des Grands Lacs afin d'éviter que les pays qui émergent de conflits ne sombrent à nouveau dans le chaos.

Après avoir rendu visite mardi à des réfugiés rentrés de Tanzanie au Burundi et en République démocratique du Congo, António Guterres a rencontré des Burundais qui luttent pour reconstruire leur vie depuis leur retour dans leur pays d'origine. Vendredi, il est aussi allé à la rencontre de Congolais qui vivent dans un camp de réfugiés au nord-est du Burundi.

Reconnaissant les difficultés auxquelles sont confrontés les réfugiés dans la région des Grands Lacs, même une fois rentrés chez eux, António Guterres a précisé : « Le développement devrait permettre que toutes les communautés aient une vie meilleure et qu'elles puissent en faire bénéficier ceux qui rentrent. »

Au quatrième jour de sa mission en Afrique qui devrait durer neuf jours au total, António Guterres s'est rendu en Tanzanie et au Burundi avec le Commissaire européen au développement et à l'aide humanitaire Louis Michel. Il a ainsi pu lui montrer comment l'argent de l'Union européenne (UE) est utilisé pour aider les réfugiés et a remercié les pays européens de leur généreux soutien. Il a également saisi cette opportunité pour dire que les pays riches peuvent faire davantage afin de combler le fossé entre urgence et développement économique.

Au cours de sa visite au Burundi, António Guterres a parlé avec une ancienne réfugiée qui vit dans un village extrêmement pauvre près de Muyinga, au nord-est du pays. Elle a pu lui faire part des nombreux besoins des rapatriés.

« Nous avons des problèmes d'hébergement et de soins de santé. Nous ne pouvons envoyer nos enfants à l'école », a indiqué cette femme, portant sur le dos dans un pagne son bébé endormi. « Les personnes âgées n'ont pas la force d'aller dans les centres de santé et ils n'ont pas d'argent pour payer les soins. Les veuves ont des problèmes particuliers car la loi leur interdit d'hériter des propriétés de leur mari décédé.

« Nous [anciens réfugiés] sommes intelligents, nous savons cultiver, nous pouvons tenir différents commerces, mais malheureusement nous n'avons pas les moyens d'entreprendre un métier. » Janine, une jeune fille âgée de 15 ans, a ajouté : « A cause de la pauvreté de nos parents, nous ne pouvons pas aller à l'école. »

António Guterres a répondu qu'entendre les préoccupations des rapatriés aiderait l'UNHCR à mieux y répondre. « Je sais qu'il n'est pas facile de rentrer, mais nous ferons notre mieux pour vous aider le Gouvernement burundais, les agences humanitaires, l'Union européenne et les autres pays », a ajouté le Haut Commissaire.

Au camp de réfugiés de Gasorwe, qui accueille plus de 8 800 réfugiés, des Congolais pour la plupart, António Guterres leur a affirmé être extrêmement touché par leur situation. En tant qu'ancien Premier ministre du Portugal, il a indiqué que nombre de ses amis proches sont devenus des réfugiés, fuyant les persécutions dans leur propre pays à l'époque où le Portugal était dirigé par le dictateur António Salazar.

« Nous partageons votre angoisse », a-t-il indiqué aux réfugiés congolais. Il a aussi affirmé qu'il existe pour eux des perspectives de retour dans leur pays, sur une base volontaire, à court terme. Jeudi soir, António Guterres et Louis Michel ont assisté au départ d'un bateau transportant 483 réfugiés congolais de retour chez eux depuis Kigoma, à l'ouest de la Tanzanie, sur le Lac Tanganyika vers la région du Sud-Kivu en République démocratique du Congo (RDC).

Alors que les élections démocratiques se tiendront en RDC fin juillet, la communauté internationale doit travailler pour consolider la paix et la démocratie dans ce pays, et doit faire plus encore pour développer son économie, a-t-il indiqué. « Sans la paix au Congo, l'Afrique n'a pas d'avenir », a-t-il dit aux réfugiés congolais, qui l'ont applaudi chaleureusement.

Depuis le Burundi, António Guterres va poursuivre sa mission au Kenya, en Côte d'Ivoire et au Libéria, où il célèbrera la Journée mondiale du réfugié le 20 juin.

Par Kitty McKinsey à Muyinga, Burundi

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Le Haut Commissaire

Filippo Grandi, qui a pris ses fonctions le 1er janvier 2016, est le 11ème Haut Commissaire de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Journée mondiale du réfugié 2009

Chaque année le 20 juin. Infos et résumés des activités pour 2009 et les précédentes.

Affiches pour la Journée mondiale des réfugiés 2010

Journée mondiale des réfugiés 2010

Le HCR a créé trois affiches que vous pouvez visionner ou télécharger pour faire connaître la Journée mondiale du réfugié 2010.

Journée mondiale du réfugié 2010

En 2010, la Journée mondiale du réfugié célébrée chaque année le 20 juin a pour thème « retrouver un chez-soi », pour faire connaître le sort de plus de 40 millions de personnes déracinées à travers le monde.

Journée mondiale du réfugié 2011

En 2011, la Journée mondiale du réfugié célébrée chaque année le 20 juin a pour thème « 1 seul réfugié privé d'espoir, c'est déjà trop ».

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

HCR Genève : Crise aigue Play video

HCR Genève : Crise aigue

En conclusion de la session annuelle de l'organe directeur du HCR, le Haut Commissaire António Guterres a souligné le nombre sans précédent de crises aigues auxquelles le HCR doit faire face.
Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syriennePlay video

Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syrienne

L'Emissaire spéciale du HCR Angelina Jolie et le chef de l'agence pour les réfugiés António Guterres rencontrent des réfugiés syriens en Jordanie et écoutent leurs témoignages déchirants.
Equateur : Visite d'António GuterresPlay video

Equateur : Visite d'António Guterres

Le chef du HCR António Guterres se rend en Equateur avant la Journée mondiale du réfugié et rend hommage à ce pays pour l'accueil qu'il réserve aux réfugiés.