Ballons de l'espoir pour de jeunes réfugiés en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Articles d'actualité, 1 septembre 2005

© HCR/K.Kaparo
Des élèves de l'école primaire de Central Montford à Iowara, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, sur le point d'inaugurer leur cadeau.

EAST-AWIN, Papouasie-Nouvelle-Guinée, 1er septembre (UNHCR) Des paniers sont installés dans des écoles pour réfugiés des camps d'East-Awin, province reculée située à l'ouest de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. C'est la première fois depuis des années qu'un vrai terrain de basket-ball prend forme dans cette région.

Alors quand Kasongo Kaparo de l'UNHCR s'est rendu dans l'école primaire d'Iowara pour distribuer des ballons de basket flambant neufs offerts par la Fédération internationale de basket-ball (FIBA), les élèves ont difficilement contenu leur joie et leur excitation.

Avant, ils improvisaient avec des ballons de volley, moins chers et plus faciles à se procurer. Et quand les jeunes filles du Centre Iowara ont décidé de créer des équipes pour jouer au basket « pour de vrai », elles en connaissaient déjà les règles de base.

« Sur le terrain de basket-ball, les jeunes filles ont été les premières à essayer et j'ai été impressionné par l'efficacité avec laquelle elles ont organisé des équipes de cinq joueuses chacune et ont immédiatement commencé un match », a raconté Kasongo Kaparo.

La nouvelle de l'arrivée de ces ballons de basket s'est répandue comme une traînée de poudre dans les différents camps de réfugiés.

« Les adolescents, filles et garçons, se sont bousculés dans la maison du personnel de l'UNHCR pour me rencontrer », a dit Kasongo Kaparo. A la fin de la journée, il a constaté que les réfugiés savaient tous que ces ballons étaient de première qualité, la meilleure jamais vue à East-Awin.

50 ballons donnés par la FIBA ont été distribués à chacune des cinq écoles dans les 12 camps de réfugiés et à trois associations pour les jeunes dans l'East-Awin. Des ballons ont également été offerts à trois établissements de la communauté locale et à un groupe de réfugiés étudiant dans la ville de Kiunga.

Le sport est une activité vitale pour les jeunes réfugiés et une formidable opportunité de rencontres pour les trois associations de jeunes qui développent des programmes de sensibilisation à la drogue et au VIH/SIDA.

« Le sport leur donne une occasion idéale de rassembler de nombreux adolescents et de discuter de sujets divers concernant les jeunes réfugiés », a dit Kasongo Kaparo.

Les associations de jeunes, les écoles ainsi que les autres heureux bénéficiaires des ballons, ont chaleureusement remercié la FIBA et l'UNHCR.

Le délégué de l'UNHCR en Papouasie-Nouvelle-Guinée, Johann Siffointe, a également remercié la FIBA pour son cadeau et a souligné que la distribution des ballons de basket et d'autres équipements de sports de groupe ont facilité l'intégration des réfugiés dans leur communauté locale grâce à la tenue régulière de compétitions sportives entre les villages.

« L'organisation des équipes et des tournois facilite le dialogue entre les différentes sites accueillant des réfugiés et les villages de la région », a dit Johann Siffointe.

Le jour suivant, quand Kasongo Kaparo s'est rendu dans le camp le plus éloigné, à Kuiu, pour remettre les nouveaux ballons, un groupe de jeunes l'attendait déjà de pied ferme. Les abondantes pluies tropicales de Papouasie-Nouvelle-Guinée n'ont pas freiné l'enthousiasme d'un jeu immédiatement improvisé.

« Quand j'ai commencé à sortir les ballons, ils criaient de joie, sautaient, riaient et au moment où nous avons fini de gonfler le dernier ballon, beaucoup de jeunes réfugiés étaient déjà sur le terrain de basket-ball sous des trombes d'eau », a raconté Kasongo Kaparo. « En fait, il a plu toute la journée dans l'East-Awin, mais ballons de basket en main, au diable la météo ! »

La FIBA est une association bénévole indépendante composée de 212 fédérations nationales de basket-ball à travers le monde. L'organisation basée à Genève est reconnue par le Comité international olympique comme la seule autorité compétente en basket-ball, établissant les règles officielles et supervisant toutes les compétitions internationales et les convocations d'arbitres.

La coopération entre l'UNHCR et la FIBA remonte à 1995, lorsque l'association a financé l'achat de ballons et de paniers en Croatie. Cette année, la FIBA finance la construction et l'équipement de terrains de basket-ball de même que des paniers fabriqués par des artisans locaux dans les camps de réfugiés en Tanzanie et en Ouganda. La FIBA fournit également gratuitement des ballons de basket à des rapatriés au Timor-Leste.

© HCR/K.Kaparo
Des élèves de l'école primaire de Central Montford à Iowara, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, sur le point d'inaugurer leur cadeau.

En 1987, le gouvernement de la Papouasie-Nouvelle-Guinée a désigné East-Awin comme région d'installation pour des réfugiés en provenance de la province de Papouasie en Indonésie. Environ 2 500 réfugiés y vivent, dont 1 200 enfants nés dans l'East-Awin.

Par Ariane Rummery, Bureau régional de l'UNHCR, Canberra

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Jeunes réfugiés

Ils ont connu des atrocités que nous ne pouvons imaginer, survécuà des traumatismes que la plupart des autres enfants n'auront jamais à connaître. Désorientés, déchirés entre leur fardeau d'adulte et leur innocence perdue, les jeunes réfugiés continuent partout dans le monde d'affronter l'avenir avec espoir et courage.

En 2003, l'UNHCR dédiait la Journée mondiale du réfugié aux jeunes réfugiés, pour attirer l'attention sur leur sort et rendre hommage à leur force et à leur potentiel, pour leur donner envie de s'aider et d'aider leurs communautés.

Dans cette série vous verrez des jeunes courageux, prêts à surmonter tous les revers. De la gaieté, de la tristesse, du sport, des projets et de l'amour et toujours une soif d'apprendre et une volonté farouche de s'en sortir, par l'éducation et la persévérance. En Bosnie comme en Érythrée, en Colombie comme à Kaboul, ces visages parfois désespérés, parfois pleins d'enthousiasme nous font vivre le quotidien des jeunes réfugiés à travers le monde.

Jeunes réfugiés

Trouver une occupation dans le camp de Kibiza au Rwanda

Le camp de Kibiza a été ouvert en décembre 1996, après le début de la guerre en République démocratique du Congo voisine. Cette installation avait alors été construite pour faire face à l'afflux de dizaine de milliers de réfugiés congolais. La plupart des réfugiés sont entre temps rentrés chez eux dans l'est de la RDC sauf environ 16 000 d'entre eux qui sont restés dans ce camp isolé, situé sur une colline à l'ouest du Rwanda. L'éruption de violence, l'année dernière dans la province du Nord-Kivu en RDC, n'a pas affecté ce camp car les nouveaux arrivants ont été installés au camp de Kigémé qui a été rouvert au sud du Rwanda. La plupart des réfugiés de Kiziba ont déclaré ne pas vouloir rentrer mais les perspectives d'intégration locale sont limitées en raison du manque de terrains et des possibilités limitées en matière d'emploi. Pendant ce temps, les résidents de ce camp font leur possible pour mener une vie normale, suivent des formations et tiennent de petits commerces afin de devenir autosuffisants. Pour les jeunes, pouvoir faire du sport et recevoir une éducation est très important pour assurer qu'ils ne soient pas attirés par des influences négatives ainsi que pour maintenir leur moral et leur confiance en l'avenir.

Trouver une occupation dans le camp de Kibiza au Rwanda