Les déplacés libériens rentrent chez eux par avion en provenance du Nigéria

Articles d'actualité, 8 novembre 2004

© HCR/F.Fontanini
Dans le premier convoi depuis le camp de Perry Town, des déplacés libériens sont heureux de rentrer chez eux dans la région de Grand Cape Mount.

MONROVIA, Libéria, 8 novembre 2004 (UNHCR) Malgré des troubles récents à Monrovia, les Libériens déracinés par 14 ans de guerre civile maintiennent le rapatriement du premier convoi prévu ce jour et le premier retour par avion des réfugiés depuis le Nigéria.

Lundi, 500 déplacés libériens ont quitté le camp de Perry Town dans la région de Montserrado pour le centre de transit de Sinje, dans la région du Grand Cape Mount. Ils ont chacun reçu un paquet contenant des éléments de première nécessité et deux mois de réserve de nourriture, avant de rentrer dans leur région d'origine dans le Grand Cape Mounty.

« Nous avons travaillé depuis plus d'un an pour vous garantir un retour en toute sécurité ». Gyude Bryant, président du gouvernement libérien national de transition, a rassuré ses compatriotes, lors du lancement du programme de rapatriement des déplacés dans le camp de Town Perry. Six régions viennent d'être déclarées sécurisées pour le retour des déplacés.

« Nous sommes heureux de rentrer chez nous aujourd'hui, après toutes ces années de vie dans des camps, déracinés dans notre propre pays », dit Baima Sarnih, 38 ans, chef d'une famille de huit personnes.

« Quelque soit la situation de retour à la maison, il est temps de rentrer pour reconstruire nos vies », a ajouté Demar Diaolu, déplacé âgé de 28 ans présent dans le convoi inaugural.

Presque la moitié des déplacés de retour chez eux ce jour étaient auparavant réfugiés, puis sont rentrés des pays voisins vers le Libéria par leurs propres moyens, à la suite des accords de paix d'Accra en août 2003. Mais à leur retour, à cause de l'insécurité dans leur région d'origine, ils ont été accueillis dans les centres de déplacés dans la région de Monrovia jusqu'à ce que la sécurité soit à nouveau assurée pour leur retour.

D'ici à avril 2005, l'UNHCR et ses partenaires souhaitent aider à rentrer chez eux les 261 886 déplacés, vivant dans 20 camps situés près de la capitale. L'UNHCR a été directement impliqué dans l'aide et l'assistance aux déplacés libériens depuis 2000, quant les combats ont commencé dans la partie ouest du pays, poussant des milliers de libériens à chercher protection dans les camps de réfugiés sierra-léonais.

Un premier avion de 112 réfugiés a donc quitté le Nigéria pour le Libéria. Quelque 1 000 des 6 000 réfugiés libériens présents au Nigéria souhaitent déjà être rapatriés, au cours de l'un des vols prévus prochainement.

Les convois venant de Guinée par la route sont prévus pour commencer mercredi, après un retard dû à des troubles à Monrovia la semaine dernière.

Depuis le début du programme de retour géré par l'UNHCR vers le Libéria le 1er octobre 2003, plus de 800 réfugiés libériens sont rentrés de Sierra Leone et du Ghana. D'autre part, plus de 70 000 sont rentrés par leurs propres moyens depuis août 2003.

« En dépit de l'agitation récente dans la région de Monrovia, les réfugiés désirent toujours rentrer chez eux et l'UNHCR va continuer à travailler pour le rapatriement et la réintégration d'environ 340 000 réfugiés libériens dispersés dans la région », a indiqué le délégué de l'UNHCR au Libéria, Moses Okello.

En plus d'une aide au retour, l'UNHCR et ses partenaires travaillent à réhabiliter des écoles et des centres de santé dans ce pays dévasté par la guerre. Les agences fournissent aussi aux communautés de fermiers des outils pour l'agriculture et des matériaux pour reconstruire leur maison.

Par Francesca Fontanini, UNHCR Libéria

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Des réfugiés transférés dans un nouveau camp au Libéria

Le HCR a commencé à transférer des réfugiés ivoiriens vers un nouveau camp dans la ville de Bahn, au nord-est du Libéria. Ces prochaines semaines, le HCR espère transférer jusqu'à 15 000 réfugiés dans ce site, construit sur un terrain gagné sur la jungle. Ils font partie des quelque 40 000 civils qui ont fui la Côte d'Ivoire pour échapper aux tensions politiques croissantes dans leur pays depuis l'élection présidentielle de fin novembre.

Le nombre final de réfugiés qui seront emmenés à Bahn dépendra du nombre de personnes souhaitant être réinstallées depuis des villages proches de la frontière entre la Côte d'Ivoire et le Libéria. Initialement, la plupart des réfugiés ont été accueillis par les communautés hôtes et ils ont vécu au côté des habitants. Le mauvais état des routes a compliqué l'acheminement des biens de secours par les institutions humanitaires. Les stocks de vivres, de médicaments et d'eau ont baissé, rendant les conditions de vie difficiles aussi bien pour la population locale que pour les réfugiés.

Au camp de Bahn, les réfugiés auront accès aux services de base comme les soins de santé, l'eau potable et l'enseignement primaire.

Des réfugiés transférés dans un nouveau camp au Libéria

Des milliers de Nigérians fuient pour échapper à la violence dans leur pays

Dans certaines régions au nord-est du Nigéria, la situation de sécurité est instable depuis mai 2103, quand les autorités ont décrété l'état d'urgence dans les Etats de Borno, Yobé et Adamaoua. Beaucoup ont rejoint la région de Diffa au Niger voisin ou alors le Cameroun. Cette année, un regain de violence a contraint des milliers de personnes à fuir vers ces deux pays. La photographe du HCR Hélène Caux s'est rendue à Bosso, une ville de la région de Diffa au Niger, peu avant le tout dernier afflux. Elle y a rencontré des réfugiés qui avaient rejoint le Niger lors de précédentes vagues de violence. Ils lui ont décrit les violences dont ils ont été témoins, la perte de leurs proches et leurs efforts pour mener une vie aussi normale que possible à Diffa, avec notamment la scolarisation des enfants. Les réfugiés nigérians sont reconnaissants envers les communautés qui les accueillent au Niger.

Des milliers de Nigérians fuient pour échapper à la violence dans leur pays

Libéria : Aide d'un pays voisinPlay video

Libéria : Aide d'un pays voisin

Alphonse Gongleba a fui vers le Libéria avec sa famille il y a quelques mois. Il apprécie l'aide qu'il reçoit dans ce pays, voisin de sa Côte d'Ivoire natale.
Libéria : Un nouveau camp pour les réfugiés de Côte d'IvoirePlay video

Libéria : Un nouveau camp pour les réfugiés de Côte d'Ivoire

Le HCR aménage un camp dans le nord-est du Libéria pour héberger des milliers de réfugiés ivoiriens. La communauté locale participe aux travaux.
Libéria : Le camp de Bahn ouvrePlay video

Libéria : Le camp de Bahn ouvre

Le HCR a ouvert un nouveau camp dont la capacité d'accueil est de plus de 15 000 réfugiés ivoiriens à Bahn dans l'est du Libéria. Un premier groupe de réfugiés arrive.