ExCom : le HCR appelle à renforcer la protection des déplacés

Articles d'actualité, 2 octobre 2009

© HCR/S.Hopper
Le Haut Commissaire António Guterres s'entretient avec la presse à l'issue de la session annuelle du Comité exécutif.

GENÈVE, 2 octobre (HCR) Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres a clôturé la session annuelle du Comité exécutif de l'agence vendredi en informant les délégués des projets visant à renforcer le rôle du HCR en matière de protection des réfugiés tout en préconisant davantage d'efficacité par ailleurs.

Prônant l'engagement d'une politique de croissance zéro concernant le siège de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres a annoncé que les défis futurs seraient relevés grâce à une meilleure productivité et à l'identification de priorités.

Quant aux opérations sur le terrain, António Guterres a affirmé que le HCR « renforcerait sa capacité de protection, en particulier concernant les réfugiés vivant en milieu urbain ». La protection des réfugiés, a-t-il dit, « est un domaine qui ne peut pas être sous-traité ».

L'aptitude démontrée du HCR pour s'occuper des personnes forcées de quitter leur foyer en raison des conflits place l'agence en bonne position pour renforcer son rôle de protection vis-à-vis des personnes déplacées à la suite de catastrophes naturelles, a déclaré António Guterres aux délégués des 78 Etats membres du Comité exécutif.

Si quelque 600 000 réfugiés sont rentrés dans leur pays d'origine en 2008, a déclaré António Guterres, ce chiffre figure parmi les plus bas enregistrés au cours des 15 dernières années. Alors que les opérations de rapatriement à grande échelle se réduisent, la nécessité de trouver des opportunités supplémentaires d'intégration sur place et de réinstallation va augmenter, a-t-il affirmé. « Le rapatriement librement consenti reste la solution préférée du HCR pour les réfugiés », a rappelé le Haut Commissaire. « Les possibilités supplémentaires d'intégration locale et de réinstallation ne modifient pas » cette préférence, a-t-il dit.

En clôturant la 60ème session du Comité exécutif, António Guterres a rendu hommage au lauréat de la distinction Nansen de cette année, le défunt sénateur Ted Kennedy, pour son engagement de toute une vie en faveur de la cause des réfugiés. Le défunt sénateur Kennedy sera honoré pour sa défense sans faille des réfugiés lors d'une cérémonie qui se tiendra à Washington DC le 28 octobre.

Au cours de la conférence de presse organisée à l'issue de la session annuelle, António Guterres a fait l'éloge de la générosité des pays qui continuent à accueillir des millions de réfugiés en dépit de leurs ressources limitées. Le travail humanitaire devient plus difficile et dangereux, a-t-il déclaré, car la nature des conflits devient plus complexe.

« Dans certaines situations, les humanitaires sont devenus des cibles », a affirmé le Haut Commissaire. « Pas à cause de ceux pour lesquels ils travaillent, mais simplement parce qu'ils effectuent un travail humanitaire ». Il a déclaré qu'au Pakistan seulement, trois collaborateurs du HCR ont été tués cette année et une personne kidnappée avant d'être relâchée.

En Europe, il a appelé à une harmonisation des systèmes d'asile pour mettre un terme à ce qu'il a qualifié « d'énorme différence entre les taux de reconnaissance du statut de réfugié ». En limitant l'accès à des procédures d'asile authentiques, « l'espace d'asile » dans les pays développés s'est érodé, tandis que des défis dans les pays en voie de développement limitaient l'espace humanitaire.

Durant cinq jours, la session annuelle du Comité exécutif examine et approuve les programmes et les budgets du HCR, émet un avis consultatif sur les questions de protection internationale et discute d'un large éventail d'autres questions avec le HCR et ses partenaires inter-gouvernementaux et non-gouvernementaux.

Par Tim Irwin à Genève

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •